Nuit, un mur, deux hommes

De Daniel Keene / Par la compagnie Roquetta

Nuit, un mur, deux hommes. Unité de temps, d’espace et d’action… Tout est dit ou presque dans ce titre lapidaire, unique indication offerte par Daniel Keene pour signifier que le théâtre sera ici réduit à l’os. Histoire d’emprunter le chemin le plus court vers l’universel ? Syd et Moe, les deux hommes dont il est question, font partie des naufragés de nos sociétés, lointains avatars de clochards beckettiens qui auraient cessé d’attendre… De leurs vies on sait peu de choses. D’un côté, des voix, presque purs esprits que l’on peine à situer, à rattacher au réel. De l’autre, le corps et ses besoins. Entre les deux, le fil de l’existence tendu à se rompre. C’est l’âpreté de cette écriture non dépourvue d’humour noir que nous invite à goûter Fanny Malterre le temps d’un Midi au Théâtre. Cette artiste qui voyage avec les écritures contemporaines – façon de remettre sans cesse le métier sur l’ouvrage – suspend le temps des répétitions pour partager les premiers signes de cette création en devenir. Parenthèse nocturne paradoxale à l’heure du déjeuner, cette lecture sera mise en espace au foyer par les acteurs Jean-Christophe Allais et Jean-Yves Duparc avec la complicité musicale du compositeur Manuel Langevin (à suivre aussi cette saison en janvier pour son cabaret-requiem Les pieds devant).

foyer bar

à partir de 15 ans

Durée : environ 45 mn

Tarif

gratuit

Liens

De Daniel Keene, Éditions Théâtrales
Traduction Séverine Magois
Mise en espace Fanny Malterre
Collaboration artistique Laurent Caillon
Avec Jean-Christophe Allais et Jean-Yves Duparc
Musique Manuel Langevin
Photo A. Croggon

Production Cie Roquetta

Nuit, un mur, deux hommes

De Daniel Keene / Par la compagnie Roquetta

Théâtre / Tous les spectacles / Un Midi au Théâtre

Nuit, un mur, deux hommes. Unité de temps, d’espace et d’action… Tout est dit ou presque dans ce titre lapidaire, unique indication offerte par Daniel Keene pour signifier que le théâtre sera ici réduit à l’os. Histoire d’emprunter le chemin le plus court vers l’universel ? Syd et Moe, les deux hommes dont il est question, font partie des naufragés de nos sociétés, lointains avatars de clochards beckettiens qui auraient cessé d’attendre… De leurs vies on sait peu de choses. D’un côté, des voix, presque purs esprits que l’on peine à situer, à rattacher au réel. De l’autre, le corps et ses besoins. Entre les deux, le fil de l’existence tendu à se rompre. C’est l’âpreté de cette écriture non dépourvue d’humour noir que nous invite à goûter Fanny Malterre le temps d’un Midi au Théâtre. Cette artiste qui voyage avec les écritures contemporaines – façon de remettre sans cesse le métier sur l’ouvrage – suspend le temps des répétitions pour partager les premiers signes de cette création en devenir. Parenthèse nocturne paradoxale à l’heure du déjeuner, cette lecture sera mise en espace au foyer par les acteurs Jean-Christophe Allais et Jean-Yves Duparc avec la complicité musicale du compositeur Manuel Langevin (à suivre aussi cette saison en janvier pour son cabaret-requiem Les pieds devant).

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)