Conversation avec Mona Ozouf

(sous réserve)

En partenariat avec Sciences Humaines et Le Cercle Condorcet

Mona Ozouf appartient à cette lignée d’historiens-écrivains qui fait l’aura de l’école historique française depuis Jules Michelet. Historienne de la Révolution, de la République et de l’école, elle a fait de chacun de ses livres une « composition » où la profondeur historique, la réflexion philosophique et le style littéraire s’entremêlent pour susciter une passionnante réflexion sur ce que signifient aujourd’hui des mots comme République, communautarisme, universalisme, identité, attaches et liens, liberté individuelle. Cette conversation à deux voix suivra la trame de son itinéraire : la mort de son père – militant de l’idée bretonne, alors qu’elle n’a que 4 ans -, son écartèlement entre la culture républicaine délivrée par l’école et le credo bretonnisant entonné à la maison, son entrée à l’École Normale Supérieure – où elle rencontre les amis d’une vie : les historiens Jacques Ozouf, son futur époux, Denis Richet, Maurice Aghulon, Emmanuel Le Roy Ladurie et surtout François Furet, avec qui elle ne cessera d’écrire et de travailler -, son engagement féministe, son métier d’historienne, ses choix thématiques, ses projets d’écriture aujourd’hui.

Entretien animé par Héloïse Lhérété, rédactrice en chef de Sciences Humaines.

Conversation avec Mona Ozouf

(sous réserve)

Actions culturelles

En partenariat avec Sciences Humaines et Le Cercle Condorcet

Mona Ozouf appartient à cette lignée d’historiens-écrivains qui fait l’aura de l’école historique française depuis Jules Michelet. Historienne de la Révolution, de la République et de l’école, elle a fait de chacun de ses livres une « composition » où la profondeur historique, la réflexion philosophique et le style littéraire s’entremêlent pour susciter une passionnante réflexion sur ce que signifient aujourd’hui des mots comme République, communautarisme, universalisme, identité, attaches et liens, liberté individuelle. Cette conversation à deux voix suivra la trame de son itinéraire : la mort de son père – militant de l’idée bretonne, alors qu’elle n’a que 4 ans -, son écartèlement entre la culture républicaine délivrée par l’école et le credo bretonnisant entonné à la maison, son entrée à l’École Normale Supérieure – où elle rencontre les amis d’une vie : les historiens Jacques Ozouf, son futur époux, Denis Richet, Maurice Aghulon, Emmanuel Le Roy Ladurie et surtout François Furet, avec qui elle ne cessera d’écrire et de travailler -, son engagement féministe, son métier d’historienne, ses choix thématiques, ses projets d’écriture aujourd’hui.

Entretien animé par Héloïse Lhérété, rédactrice en chef de Sciences Humaines.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)