Les ciné au Théâtre

En collaboration avec Cinémanie et

les Amis du Théâtre

Entrée libre

Toutes les projections se déroulent dans la Grande salle.

 

La Belle Équipe

De Julien Duvivier

jeudi 14 novembre à 19 h 30

+

+

grande salle

France / 1936 / 1 h 35

Avec Jean Gabin, Charles Vanel, Raymond Aimos

 

Cinq amis, ouvriers, au chômage, achètent ensemble un ticket de loterie. La chance leur sourit et plutôt que de dépenser individuellement leur butin, ils formulent le vœu d’ouvrir une guinguette en bord de Marne. Chacun relève ses manches avec enthousiasme pour transformer un vieux lavoir en véritable coin de paradis. « Quand on s’promène au bord de l’eau, Comme tout est beau, Quel renouveau… ».

Mais les épreuves se succèdent et fragilisent la solidarité des débuts…

Réalisé en 1936, La Belle Équipe correspond à l’avènement du Front populaire. Le film reflète à la fois l’enthousiasme, les espoirs et les désillusions d’une époque. Et si les producteurs ont exigé à l’époque que l’on filme une deuxième fin, pour ne garder que l’aspect souriant du film, c’est la version souhaitée par le réalisateur qui sera présentée ici.

Ce film est programmé en lien avec le spectacle Le jardin secret, mercredi 11 et jeudi 12 décembre.

 Comment l’esprit vient aux femmes

De George Cukor

mardi 10 décembre à 19 h 30

+

+

grande salle

États-Unis / 1951 / VOST / 1 h 43

Avec Judy Holliday, Broderick Crawford, William Holden

 

Ancienne danseuse de music-hall, Billie se laisse allègrement entretenir par Harry Brock, un homme d’affaires véreux. Sa ravissante maîtresse lui sert de prête-nom et mène, en échange de quelques signatures, une vie luxueuse. Mais le manque d’éducation de la jeune femme l’empêche de se faire une place dans la haute-société. Aussi, il engage un journaliste pour l’initier à la vie mondaine et lui instiller un brin de culture.

Brillamment interprétée par Judy Holliday – qui remportera l’Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice pour ce rôle – la belle écervelée perd sa docilité, à mesure qu’elle s’éveille. Une comédie qui interroge les stéréotypes de genre, légèrement en avance sur son temps.

Clin d’œil à l’École des femmes, Comment l’esprit vient aux femmes est sélectionné en lien avec le spectacle Francis Huster / Molière, le jeudi 9 janvier.

Secret défense

De Ken Loach

mardi 7 janvier à 19 h 30

+

+

grande salle

Angleterre / 1990 / VOST / 1 h 35

Avec Frances McDormand, Brad Dourif, Mai Zetterling, Brian Cox

 

Alors qu’il enquête à Belfast pour dénoncer les abus de la lutte anti-rébellion que mène la Grande-Bretagne, Paul, membre actif de la Ligue internationale pour les droits civils, est abattu. Le commissaire Peter Kerrigan découvre, grâce à l’amie de Paul, qu’il était sur le point de dévoiler un complot et en possédait les preuves. Kerrigan va se heurter à une résistance surprenante de la part de la justice anglaise.

Inspiré en partie de faits réels, ce thriller politique de Ken Loach dénonce l’attitude du gouvernement britannique, mais aussi l’implication des médias.

Si le film fait polémique à sa sortie en Grande-Bretagne – Margaret Thatcher est encore au pouvoir – il sera bien mieux accueilli à l’étranger et remportera le prix spécial du jury au festival de Cannes.

Le film a été sélectionné en écho au spectacle Taïga (comédie du réel), accueilli au Théâtre le mercredi 29 janvier.

Pas de printemps pour Marnie

D’Alfred Hitchcock

jeudi 13 février à 19 h 30

+

+

grande salle

États-Unis / 1964 / 2 h 10

Avec Tippi Hedren, Sean Connery, Diane Baker

 

Mark Rutland sait qu’à chaque nouvel emploi, Marnie Edgar ne peut s’empêcher de voler ses employeurs, sans bien comprendre pourquoi. Intrigué par son comportement et attiré par sa fascinante beauté, il l’engage comme secrétaire-comptable dans sa maison d’édition et s’éprend de la jeune femme. Un jour, Mark la démasque alors qu’elle vient de piller le coffre-fort de son établissement. Il lui demande alors de choisir entre le mariage ou la dénonciation à la police. Il prend rapidement conscience que la névrose de sa femme ne se limite pas au vol incontrôlé et tente, pour l’aider, de connaître son passé.

Dans Pas de printemps pour Marnie, c’est la psychologie des personnages qui est au centre du suspense hitchcockien. Car si Marnie ne se sait expliquer ses obsessions et ses angoisses, ce sont ses pulsions de voleuse qui attirent et obsèdent Mark. Devenu son mari, il aidera Marnie à lever le voile sur le lourd secret de son enfance pour l’aider à reprendre le fil de sa vie.

Pas de printemps pour Marnie est projeté en lien avec le spectacle La Magie lente, du mercredi 18 au vendredi 20 mars.

Le Renne blanc

D’Erik Blomberg

mardi 24 mars à 19 h 30

+

+

grande salle

Finlande / 1952 / 1 h 07

Avec Mirjami Kuosmanen, Kalervo Nissilä, Ake Lindman, Jouni Tapiola

 

Dans les neiges de Laponie, Pirita est l’épouse d’Aslak, un gardien de rennes. Attristée par les absences de son mari, elle consulte un sorcier qui lui demande des sacrifices afin de jouir pleinement de son pouvoir de femme. Aussitôt, s’éveillent en elle des puissances endormies. Ensorcelée, elle se change la nuit en renne blanc, attirant les chasseurs dans un piège fatal.

Considéré comme le premier film fantastique finlandais, Le Renne blanc remportera un Golden Globe et le prix du film légendaire au festival de Cannes en 1953. Mêlant réalisme, merveilleux et effroi, Erik Blomberg puise dans la mythologie finlandaise et convoque le fantastique pour parler du désir féminin et du rapport de domination entre les sexes.

Ce film est proposé en écho au spectacle Belladonna, le jeudi 9 avril.

 

 

 

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)