Impliquer des adolescents dans la création de spectacle vivant

Impliquer des adolescents dans la création de spectacle vivant

Le Théâtre d’Auxerre est engagé dans de nombreux projets d’éducation artistique et culturelle. Cette saison (2015-2016), la scène conventionnée coordonne deux projets qui impliquent de façon très proche les adolescents à la création artistique.

 

Se nourrir du regard des jeunes spectateurs : une gageure ?

La compagnie Esquimots (Dijon), menée par Marion Chobert, a choisi de travailler sa prochaine création, L’Orange Mécanique, d’après Anthony Burgess, en lycée. Elle s’est installée durant deux semaines au lycée professionnel Saint-Germain à Auxerre. Les portes de la salle, réaménagée pour l’occasion, étaient ouvertes à l’ensemble des lycéens. La metteure en scène, Marion Chobert, a pris le soin, dans un premier temps, d’aller rencontrer chaque classe afin d’attiser leur curiosité.
D’abord timides, les lycéens n’ont pas tardé à prendre l’habitude de pousser discrètement la porte, s’asseoir le temps d’un interclasse pour suivre l’évolution de cette pièce en création. De leur côté, les artistes ont eux aussi dû prendre le rythme de cette création sous le regard des jeunes lycéens. D’abord soucieux d’avoir « du concret », à proposer aux yeux et aux oreilles de leurs jeunes hôtes, ils se sont vite aperçus que le calendrier de création ne serait pas tenable sous cette forme. Le travail a repris rapidement un rythme identique à celui d’une création installée dans une salle de spectacle.
Mais l’échange avec les jeunes a toujours été, dès la naissance du projet, un ingrédient essentiel au processus de création.

Deux classes de première Gestion et Administration ont participé activement au projet via deux axes spécifiques. La première, avec l’aide de leur professeur de lettres et gestion a réalisé un dossier pédagogique. Cet outil de sensibilisation, cher à nos institutions culturelles, est souvent concocté par des pédagogues à destination des enseignants. L’idée ici est d’accompagner les adolescents à créer un outil pour d’autres adolescents. La seconde classe a réalisé une lecture chorale sur des textes issus du roman, non retenus pour son adaptation sur scène. Car si la création se fait au plus près des lycéens, l’idée est bien de préserver du suspens, qu’ils puissent eux aussi garder du plaisir à assister à la première représentation.

SAMSUNG CSC

La valeur du projet, plus que dans la forme, tient à la qualité des échanges entre les jeunes et l’équipe artistique. Leurs paroles, leurs avis sont véritablement pris en compte sur des éléments très précis. Le scénographe interroge les élèves en présentant ses recherches sur le maquillage, le masque à utiliser pour le personnage d’Alex. La metteure en scène leur demande de se projeter dans l’espace d’une scène et de le décrire. Cet échange ne se fait pas uniquement pour nourrir l’imaginaire des jeunes, un dialogue s’installe tel qu’il peut exister entre divers membres d’une même compagnie. Beaucoup d’idées seront laissées de côtés, d’autres pourront être retenues pour alimenter la mise en scène et la scénographie.

L’Orange mécanique est créé devant les élèves du lycée au Théâtre – scène conventionnée d’Auxerre les 10 et 11 décembre 2015, après une dernière semaine de résidence, cette fois, dans les salles du théâtre.

SAMSUNG CSC

Inclure les jeunes dans l’acte de création : le dilemme des tournées

La compagnie Barbès 35 créé Bovary, un spectacle qui prend comme témoin le public, l’embarque dans le processus de création. A partir d’un postulat qui anime Cendre Chassanne, la metteure en scène : « Truffaut aurait dû faire le film », elle crée un dialogue autour de l’œuvre, avec Truffaut, Flaubert et le public. Le spectacle s’articule autour de trois épisodes déclencheurs dans la vie des Bovary, notamment leur adolescence.
Pour ce focus sur l’enfance et adolescence de Charles Bovary, Cendre Chassanne s’associe à un groupe de lycéens. Une série d’actions artistiques est initiée depuis octobre 2015 auprès des classes accueillies sur la représentation du mois de mars (lycées Jacques Amyot, Vauban à Auxerre, lycée Pierre Larousse à Toucy et lycée Saint Etienne à Sens). Mais le cœur du projet se déroule hors temps scolaire, ce sont donc des lycéens volontaires qui sont associés au processus de création.

Ce projet est mis en place à Auxerre avec deux lycées, général et professionnel, pour former un groupe mixte. Une série de stages est planifiée avant de travailler l’écriture et le jeu avec les jeunes. Le premier stage a lieu les 12 et 13 décembre 2015 et regroupe plus d’une quinzaine de jeunes volontaires. Chacun est invité à venir avec son téléphone, smartphone, enregistreur, de la musique, des références de films ou séries autour du monde des revenants pour entamer le travail de recherche avec la metteure en scène. Car il s’agit pour les jeunes de « convoquer » l’esprit de Charles et Emma Bovary. L’aboutissement sera la création d’une maquette sonore, enregistrée au théâtre, qui intègrera la création et accompagnera le spectacle dans sa tournée… notamment à Avignon 2016.

Bovary est créé les 1er et 2 mars 2016 au Théâtre – scène conventionnée d’Auxerre.

 

A lire également :

L’article de Chantal Serres, professeur documentaliste, référente culture du lycée Saint-Germain : http://artsculture.ac-dijon.fr/spip.php?article802

 

La compagnie Barbès 35 est en résidence au Théâtre – scène conventionnée d’Auxerre depuis la saison 2013-2014. Bovary sera présenté dans la programmation Off du festival d’Avignon dans un théâtre permanent de la ville.

La compagnie Esquimots est compagnon de la saison 2015-2016 au Théâtre – scène conventionnée d’Auxerre.

 

Ces projets ont pu voir le jour grâce au soutien du réseau Canopé Bourgogne.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)