« Rêver le monde » un projet inter-degré avec le Théâtre d’Auxerre

À Auxerre, une classe de première littéraire du lycée Jacques Amyot et une classe de troisième du collège Albert Camus ont construit un projet commun, « Co-rêves-pondances ». Ce projet a été mené en partenariat avec le Théâtre d’Auxerre et le metteur en scène Léo Cohen-Paperman, artiste en résidence.

Ce projet inter-degré original a permis de mettre en œuvre les trois piliers de l’éducation artistique et culturelle. En effet, les élèves ont pu allier analyse d’une pièce de théâtre, rencontre avec des professionnels du spectacle vivant et pratique théâtrale.

Lycéens et collégiens ont tout d’abord étudié la pièce Othello de Shakespeare en cours de français avant d’assister à sa représentation. Après la lecture intégrale de la pièce, les lycéens ont par exemple travaillé sur un sujet d’imagination : « raconter la pièce du point de vue… du mouchoir » !

Avec leur professeure de français Pauline Tissier, les élèves de troisième ont quant à eux analysé des extraits de la pièce dans le cadre de leur séquence sur « Agir dans la cité – individu et pouvoir », en parallèle à l’étude d’Antigone de J. Anouilh,.
À l’aide de répliques des deux premiers actes distribuées au hasard, les élèves ont pu faire émerger l’intrigue de départ.

Puis, afin d’infirmer ou confirmer leurs hypothèses, ils ont étudié des extraits d’autres mises en scène d’Othello (C. Barma, G. Bouillon). Leur enseignante espérait ainsi susciter l’envie de découvrir les choix opérés par Léo Cohen-Paperman tout en donnant à ses élèves des pistes à observer lors de la répétition à laquelle la classe allait assister.

Enfin, les collégiens ont pu également travailler sur des documents fournis par le metteur en scène (projets de décor et de costumes) et visibles dans le dossier Pièce [dé]montée consacré à Othello.

Rencontre avec les artistes

Le vendredi 21 septembre, les deux classes ont été accueillies par la troupe en pleine répétition. Les élèves ont pu assister à un filage de la fin de l’acte I et du début de l’acte II, dans le décor, mais sans les costumes, ni les accessoires définitifs. Ensuite ils ont pu échanger avec le metteur en scène et les comédiens. Ce premier contact a attisé la curiosité pour le représentation du jeudi 22 novembre et a permis de mesurer le travail accompli par l’ensemble de la troupe entre temps.

Le lendemain de la représentation, Léo Cohen-Paperman s’est rendu dans les classes et les jeunes ont pu lui poser toutes les questions que son spectacle avait suscitées.

Pratique artistique : Rêver le monde

Vous avez un quart d’heure pour « Rêver le monde… » était l’invitation lancée par les Amis du Théâtre d’Auxerre pour leur journée du 23 mars. Quel joli thème ! De la question de l’homme à l’utopie et la science-fiction, il ouvre de riches perspectives en lien avec les programmes de français. Les deux classes ont commencé à écrire et à échanger leurs écrits : les uns comme les autres ont imaginé le monde de 2901. Les professeurs ont transmis quelques bribes de texte d’un groupe à l’autre pour que les élèves se répondent.

Léo Cohen-Paperman est intervenu dans chacune des deux classes, de janvier à mars. Avec les lycéens, le défi était de les faire écrire pour la scène. Comment passer de l’écriture d’un texte narratif sur le monde du futur à un texte théâtral ? A qui l’adresse-t-on ? Avec quelle émotion ? Dans quel but ? Les textes ont évolué tout au long des répétitions et se sont enrichis ou épurés par les passages au plateau.

Avec les collégiens, le metteur en scène a préféré travailler sur des poèmes de Supervielle, Queneau et Boris Vian. Mais l’idée d’un échange est demeurée : dans deux de leurs sketchs, les élèves ont imaginé un contact possible entre les jeunes d’aujourd’hui et leurs lointains descendants. Si on pouvait voyager dans le temps, quelle époque choisir ? celle des autobus ou celle des ultraloops ?

Pendant ce temps, des élèves de première littéraire, en spécialité arts plastiques avec Ximena Walerstein, créaient des images en s’inspirant des textes fournis par leurs camarades de la classe de Véronique Poinsot : quelques uns ont été à la fois auteurs, acteurs et graphistes !

Enfin, après deux heures de répétition sur la scène du théâtre le vendredi après-midi, deux heures pour mettre en cohérence les images, les poèmes et les sketchs, les trente-trois élèves des deux classes volontaires pour venir jouer le samedi se sentaient prêts… ou presque.

Si les lycéens ont reconnu qu’il avait été parfois difficile d’écrire collectivement, ils ont trouvé l’expérience en général très intéressante. Les groupes avaient été tirés au sort pour que les élèves ne se retrouvent pas avec leurs meilleur(e)s ami(e)s. Certains ont même avoué à leur professeure, Véronique Poinsot, qu’ils ne se seraient jamais cru capables de monter sur scène et qu’ils étaient contents de l’avoir fait.

Les collégiens, un peu inquiets ou réticents, pour certains, à l’annonce du projet, ont finalement pris goût à la parole théâtrale et ont réellement apprécié l’intervention d’un artiste professionnel.

Quelques propos recueillis par écrit auprès des 3eD.

Les ateliers avec Léo:

« Au début c’était compliqué, on devait se « décoincer » face aux autres, il nous demandait de réaliser certaines choses qui pouvaient nous sembler assez gênantes, on ne se connaissait pas. Mais au fil du temps, on a pris nos habitudes.

« Léo est très gentil, il nous a donné beaucoup de conseils pour qu’on s’améliore ».

Ce que le projet leur a apporté/ appris:

« J’ai appris à parler plus fort et à m’ouvrir pour être moins timide. J’ai amélioré mon expression et la mise en scène de ma parole. »

Sur l’expérience en général:

« On était très stressés avant d’entrer sur scène, on avait peur de rater, mais une fois sur scène le trac est parti, on a profité du moment et après, on a ressenti du soulagement, de la fierté et même l’envie d’y retourner ! »

Pauline Tissier, Vanessa Gaillet et Véronique Poinsot

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)