Événement Passé

Archivolte

Par la compagnie Placement Libre

dans le cadre des rencontres professionnelles Quintessence

 

L’architecture est un roman. Tel est le mot d’ordre adopté par une équipe pluridisciplinaire en diable qui télescope réalité du bâti et utopie de la scène dans une savoureuse déflagration. Revisiter un bâtiment d’architecte comme on prépare un casse… C’est la rocambolesque entreprise de la fine et débrouillarde bande d’Archivolte. Ils sont metteur en scène, scénographe, architecte, acteur, technicienne, chorégraphe…

Cible choisie : le Musée du Corbusier à Tokyo. On peut y entrer librement et suivre le guide ? Rien ne serait plus incongru à leurs oreilles que cette démarche pourtant classique. Car il s’agit ici d’emprunter les allées que l’architecte n’a jamais prévues, de percer de nouvelles galeries, d’escalader des itinéraires bis… en un mot de hacker le “ Corbu “ pour mieux comprendre cette figure cardinale de l’architecture. Sur une scène qui tient à la fois de l’atelier du plasticien et du parcours du combattant, l’équipe a construit une structure d’entraînement à l’échelle 1. D’explications emberlificotées en tentatives risquées, le projet de casse s’y échafaude dans tous les sens du terme et dans une délicieuse frénésie où l’adrénaline et la dopamine tiennent lieu de carburant. Et si ce projet entend casser un musée, il bouleverse tout autant les codes du théâtre en redistribuant les cases et les casquettes à la volée. Techniciens, acteurs… tous ont vocation à s’échanger les rôles, devenant ainsi les agents d’un work in progress poétique et iconoclaste aux débouchés d’autant plus improbables que les impondérables sont là pour saper les fondements de l’entreprise. Débordant d’humour et d’intelligence, Archivolte c’est l’architecture survoltée comme vous ne l’avez jamais vue.

 

grande salle

à partir de 15 ans

Durée : 1 h 20

Tarif

de 8 à 25 €

Réservez

A découvrir aussi

Liens

Metteur en scène David Séchaud

Collaborateur artistique François Lanel

Lumière et son Maëlle Payonne

Regard chorégraphique Damien Briançon

Architecte Olivier Gahinet

Photo Marion Pedenon

Production déléguée La Poulie Production Coproduction le TJP - CDN d’Alsace Avec le soutien du TGP de Frouard - scène conventionnée, de la Pépinière/Laboratoire d’expérimentation artistique de la Ville de Strasbourg, de l’Athénéum - Centre culturel de l’Université de Bourgogne, Vélo Théâtre à Apt, Théâtre de la Chapelle Saint-Louis à Rouen, Quint’Est, Réseau Grand Est du spectacle vivant et l’Agence Culturelle Grand Est.

Archivolte

Par la compagnie Placement Libre

Théâtre / Tous les spectacles

dans le cadre des rencontres professionnelles Quintessence

 

L’architecture est un roman. Tel est le mot d’ordre adopté par une équipe pluridisciplinaire en diable qui télescope réalité du bâti et utopie de la scène dans une savoureuse déflagration. Revisiter un bâtiment d’architecte comme on prépare un casse… C’est la rocambolesque entreprise de la fine et débrouillarde bande d’Archivolte. Ils sont metteur en scène, scénographe, architecte, acteur, technicienne, chorégraphe…

Cible choisie : le Musée du Corbusier à Tokyo. On peut y entrer librement et suivre le guide ? Rien ne serait plus incongru à leurs oreilles que cette démarche pourtant classique. Car il s’agit ici d’emprunter les allées que l’architecte n’a jamais prévues, de percer de nouvelles galeries, d’escalader des itinéraires bis… en un mot de hacker le “ Corbu “ pour mieux comprendre cette figure cardinale de l’architecture. Sur une scène qui tient à la fois de l’atelier du plasticien et du parcours du combattant, l’équipe a construit une structure d’entraînement à l’échelle 1. D’explications emberlificotées en tentatives risquées, le projet de casse s’y échafaude dans tous les sens du terme et dans une délicieuse frénésie où l’adrénaline et la dopamine tiennent lieu de carburant. Et si ce projet entend casser un musée, il bouleverse tout autant les codes du théâtre en redistribuant les cases et les casquettes à la volée. Techniciens, acteurs… tous ont vocation à s’échanger les rôles, devenant ainsi les agents d’un work in progress poétique et iconoclaste aux débouchés d’autant plus improbables que les impondérables sont là pour saper les fondements de l’entreprise. Débordant d’humour et d’intelligence, Archivolte c’est l’architecture survoltée comme vous ne l’avez jamais vue.

 

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)