Atelier d’écriture « Écrire le presque rien pour dire le presque tout »

Par Michèle Vannini

samedi 1er février de 14 h à 18 h

 

La perspective de l’atelier

À partir de l’univers de Keene, il s’agira d’aller vers ce « presque rien pour dire le presque tout ». C’est cette dimension « d’économie » de l’écriture qui nous guidera : convoquer la vie tout entière avec quelques mots, concevoir des situations minimales, faire se côtoyer le tragique et le burlesque pour produire de l’inattendu et de l’essentiel.

 

La démarche

Cet atelier sera un moment où le verbe « écrire » se conjuguera au temps du plaisir et de la complicité, dans cette tension entre peur de la feuille et jubilation des mots. Ludique et interactif, il sera rythmé par l’idée que l’écriture appartient à tout le monde.

Avec le groupe comme moteur et appui, en laissant tomber l’idée du « bien écrire » pour laisser place à l’étonnement, chacun cherchera son écriture en faisant de ce défi magnifique, un moment réjouissant, dans cette idée que c’est à plusieurs que l’on écrit tout seul.

Enfin, un temps sera réservé à la mise en voix des textes.

Car après tout, c’est dans un théâtre que ces textes verront le jour…

 

 

Tarif

Sur inscription / entrée libre

Atelier d’écriture « Écrire le presque rien pour dire le presque tout »

Par Michèle Vannini

Actions culturelles

samedi 1er février de 14 h à 18 h

 

La perspective de l’atelier

À partir de l’univers de Keene, il s’agira d’aller vers ce « presque rien pour dire le presque tout ». C’est cette dimension « d’économie » de l’écriture qui nous guidera : convoquer la vie tout entière avec quelques mots, concevoir des situations minimales, faire se côtoyer le tragique et le burlesque pour produire de l’inattendu et de l’essentiel.

 

La démarche

Cet atelier sera un moment où le verbe « écrire » se conjuguera au temps du plaisir et de la complicité, dans cette tension entre peur de la feuille et jubilation des mots. Ludique et interactif, il sera rythmé par l’idée que l’écriture appartient à tout le monde.

Avec le groupe comme moteur et appui, en laissant tomber l’idée du « bien écrire » pour laisser place à l’étonnement, chacun cherchera son écriture en faisant de ce défi magnifique, un moment réjouissant, dans cette idée que c’est à plusieurs que l’on écrit tout seul.

Enfin, un temps sera réservé à la mise en voix des textes.

Car après tout, c’est dans un théâtre que ces textes verront le jour…

 

 

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)