Cyrano

Par la compagnie de la jeunesse aimable

Dix acteurs, deux mille vers, cinquante personnages… Vous avez dit démesure ? Fervents défenseurs d’un théâtre populaire d’aujourd’hui, les acteurs de la jeunesse aimable célèbrent en Cyrano cette figure cardinale de la résistance – joyeuse – à l’ordre établi.

Bretteur et rhéteur, colosse mais monstre de délicatesse, amoureux malheureux faisant la courte échelle à plus séduisant – mais moins éloquent – que lui… Cyrano est pour toujours ce personnage hénaurme, idéaliste jusqu’au sacrifice qui enflamme le cœur et l’imagination de chaque nouvelle génération… Edmond Rostand a beau avoir écrit le texte au mitan de sa vie, Cyrano est une œuvre de jeunesse… celle de ses destinataires. La compagnie de la jeunesse aimable de Lazare Herson-Macarel ne s’y est pas trompée. Fougue, générosité, abattage imparable, c’est un peu de ce bois que se chauffe cette équipe… Et pour servir un texte aussi plein de rires, de larmes, de bagarres et de galopades, c’est une manière de « théâtre de tréteaux » qu’elle nous sert. Des tréteaux qui ne soutiendront pas le plateau mais seront plutôt en bataille sur la scène, pour camper les lieux, du balcon de Roxanne au siège d’Arras ; Une simplicité directe et sans artifices est de mise. Eddie Chignara campe un Cyrano mature et nuancé qui entraîne la jeune troupe à sa suite. Et comme pour saluer la dualité entre héroïsme et mélancolie du héros, le rythme est imprimé à la scène par un duo baroque de viole de gambe… et de batterie. Du début à la fin de l’envoi, ce Cyrano nous emballe, et à la fin, il nous touche !

Texte Edmond Rostand

Mise en scène Lazare Herson-Macarel

Costumes Alice Duchange assistée de Selma Delabrière

Lumière Jérémie Papin assisté de Léa Maris

Création musicale Salomé Gasselin et Pierre-Louis Jozan

Maquillages Pauline Bry

Maître d’armes François Rostain

Régie générale Thomas Chrétien et Marco Benigno

Collaboration artistique Philippe Canales

Assistanat à la mise en scène Chloé Bonifay

Avec Julien Campani, Philippe Canales, Céline Chéenne, Eddie Chignara, Joseph Fourez, Salomé Gasselin, David Guez, Pierre-Louis Jozan, Morgane Nairaud, Loïc Riewer, Gaëlle Voukissa

Créé en novembre 2017 au Théâtre Jean Vilar de Suresnes. Production Cie de la jeunesse aimable Coproduction Scènes du Golf de Vannes, le Théâtre Jean Vilar, le Théâtre de la Coupe d’Or de Rochefort, le Théâtre Roger Barat d’Herblay, le Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue, le Théâtre Montansier de Versailles, Les Passerelles Avec le soutien de la région Île-de-France, la Mairie de Paris, l’Adami, l’Arcadi, le Jeune Théâtre National

Cyrano

Par la compagnie de la jeunesse aimable

Théâtre / Tous les spectacles

Dix acteurs, deux mille vers, cinquante personnages… Vous avez dit démesure ? Fervents défenseurs d’un théâtre populaire d’aujourd’hui, les acteurs de la jeunesse aimable célèbrent en Cyrano cette figure cardinale de la résistance – joyeuse – à l’ordre établi.

Bretteur et rhéteur, colosse mais monstre de délicatesse, amoureux malheureux faisant la courte échelle à plus séduisant – mais moins éloquent – que lui… Cyrano est pour toujours ce personnage hénaurme, idéaliste jusqu’au sacrifice qui enflamme le cœur et l’imagination de chaque nouvelle génération… Edmond Rostand a beau avoir écrit le texte au mitan de sa vie, Cyrano est une œuvre de jeunesse… celle de ses destinataires. La compagnie de la jeunesse aimable de Lazare Herson-Macarel ne s’y est pas trompée. Fougue, générosité, abattage imparable, c’est un peu de ce bois que se chauffe cette équipe… Et pour servir un texte aussi plein de rires, de larmes, de bagarres et de galopades, c’est une manière de « théâtre de tréteaux » qu’elle nous sert. Des tréteaux qui ne soutiendront pas le plateau mais seront plutôt en bataille sur la scène, pour camper les lieux, du balcon de Roxanne au siège d’Arras ; Une simplicité directe et sans artifices est de mise. Eddie Chignara campe un Cyrano mature et nuancé qui entraîne la jeune troupe à sa suite. Et comme pour saluer la dualité entre héroïsme et mélancolie du héros, le rythme est imprimé à la scène par un duo baroque de viole de gambe… et de batterie. Du début à la fin de l’envoi, ce Cyrano nous emballe, et à la fin, il nous touche !

Autour du spectacle

Lecture apéritive / vendredi 14 février à 19 h / Panache ! / par Les Amis du Théâtre / durée 30 mn

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)