Événement Passé

Découpages

Par Compagnia Piccoli Principi

théâtre d’ombre et d’objet

Italie

 

Voici un spectacle enchanteur pour éveiller les premiers regards, une rencontre entre l’art et la fraîcheur de l’enfance comme sait si bien les concocter la compagnie Piccoli Principi. Combinant le théâtre et les arts plastiques, cette nouvelle création, inspirée entre autre des Papiers découpés de Matisse, met en scène un artiste dans son atelier qui « dessine » avec des ciseaux. Comme par enchantement, ces découpages deviennent des images évocatrices pour raconter des histoires : des récits nés directement du mouvement des ciseaux. On dit qu’Andersen s’amusait ainsi à découper des figurines de papier pour inventer des contes. Qui sait si l’idée d’un petit soldat de plomb, amoureux d’une ballerine de papier qui vivait dans un château tout en papier, n’est pas née des évolutions d’un coupant ustensile plutôt que d’une ondoyante plume ? En créant un monde vivant dont les éléments s’échappent pour venir féconder l’imagination, Découpages renoue avec le monde merveilleux de l’enfance, au fil de tableaux mouvants, joyeux et poétiques. Un vrai bonheur !

Écrit et interprété par Alessandro Libertini

Mise en scène Alessandro Libertini, Véronique Nah

Conception sonore Luca Libertini

Collaboration artistique et technique Claudio Coloberti

Collaboration artistique Antonia Monticelli

Photo Dario Lasagni

Production Compagnia Teatrale Piccoli Principi Avec le soutien du Théâtre Massalia à Marseille, du Théâtre Athénor à Saint-Nazaire, de l'Yonne en scène, de Regione Toscana

Découpages

Par Compagnia Piccoli Principi

Spectacle en famille

théâtre d’ombre et d’objet

Italie

 

Voici un spectacle enchanteur pour éveiller les premiers regards, une rencontre entre l’art et la fraîcheur de l’enfance comme sait si bien les concocter la compagnie Piccoli Principi. Combinant le théâtre et les arts plastiques, cette nouvelle création, inspirée entre autre des Papiers découpés de Matisse, met en scène un artiste dans son atelier qui « dessine » avec des ciseaux. Comme par enchantement, ces découpages deviennent des images évocatrices pour raconter des histoires : des récits nés directement du mouvement des ciseaux. On dit qu’Andersen s’amusait ainsi à découper des figurines de papier pour inventer des contes. Qui sait si l’idée d’un petit soldat de plomb, amoureux d’une ballerine de papier qui vivait dans un château tout en papier, n’est pas née des évolutions d’un coupant ustensile plutôt que d’une ondoyante plume ? En créant un monde vivant dont les éléments s’échappent pour venir féconder l’imagination, Découpages renoue avec le monde merveilleux de l’enfance, au fil de tableaux mouvants, joyeux et poétiques. Un vrai bonheur !

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)