Événement Passé

Face au Mur

Par la compagnie INDEX

L’adolescence est pour beaucoup un passage périlleux. Mais au fond, y a-t-il meilleur âge pour apprendre à être libre ? Rencontre ludique entre l’art de la marionnette et la philosophie, Face au Mur nous invite – jeunes ou moins jeunes – à engager un dialogue fécond avec nos passions.

Léo pète les plombs. Entre elle et son entourage, rien ne va plus. Léo ? Une adolescente en pleine crise, marionnette manipulée à vue par un duo de comédiennes facétieuses. Ballottée entre des impulsions incontrôlables, elle perd la boussole, se cogne, tombe et déclenche une tornade émotionnelle dans sa chambre. Ceci jusqu’à ce qu’une étonnante rencontre ne change le cours de sa journée… Metteure en scène, Lucile Beaune a composé de toutes pièces ce joli conte moderne avec en ligne de mire, l’idée de transmission. Cette jeune trentenaire s’est initiée à la pensée du philosophe Gilles Deleuze, qui s’est lui-même en son temps hissé sur les épaules d’un géant de la pensée : Baruch Spinoza (1632-1677). Un géant plutôt sympathique : il fait ici son entrée sous les traits d’une petite marionnette à gaine, pas guignol pour un sou, quoique… Coiffé d’un chapeau pointu, ce Spinoza porte une dimension comique fort à propos… Eh oui, la philo, c’est tout sauf triste. Prenez la fameuse métaphore du chimpanzé, cet autre nous-même qui a tendance à réagir trop vite et à notre place. Spinoza apprendra à Léo, bagarre à l’appui, qu’il vaut mieux entrer en dialogue avec cet animal intérieur pour apprivoiser ses peurs. En jouant d’un empilement de boîtes comme d’une métaphore de l’esprit, en faisant surgir des figures plus ou moins inquiétantes ou drôles, les marionnettistes ponctuent et illustrent le dialogue très animé entre l’enfant et le philosophe. Les mots, les formes et la pensée dansent… Un moment lumineux pour philosopher en famille.

Conception et écriture Lucile Beaune

Regards extérieurs Marion Chobert et Lucas Prieux

Avec Lucile Beaune et Alice Chéné (en alternance avec Coralie Maniez)

Création marionnettes Lucile Beaune et Florence Garcia

Scénographie Alice Duchange

Construction Eclectik Scéno – Charles Perrin

Création lumière Romain Le Gall Brachet

Création sonore Thomas Demay

Avec le soutien de Marie Thiry, Noémie Lorentz, Fanny Verrax, Matthieu Carré et Marion Chobert pour l’écriture et la conception du projet

Photo Yann Slama - Festival CHAMP LIBRE

Créé à la Minoterie – scène conventionnée d’intérêt national de Dijon, le 5 octobre 2018. Production Compagnie Index et Théâtre aux Mains Nues Coproduction L’Hectare – scène conventionnée de Vendôme, Théâtre de l’Agora – scène nationale d’Evry et de l’Essonne Avec le soutien du conseil départemental de l’Essonne, la DRAC Île-de-France, de la Minoterie – scène conventionnée d'intérêt national à Dijon

Face au Mur

Par la compagnie INDEX

Théâtre / Spectacle en famille / Tous les spectacles / Marionnette

L’adolescence est pour beaucoup un passage périlleux. Mais au fond, y a-t-il meilleur âge pour apprendre à être libre ? Rencontre ludique entre l’art de la marionnette et la philosophie, Face au Mur nous invite – jeunes ou moins jeunes – à engager un dialogue fécond avec nos passions.

Léo pète les plombs. Entre elle et son entourage, rien ne va plus. Léo ? Une adolescente en pleine crise, marionnette manipulée à vue par un duo de comédiennes facétieuses. Ballottée entre des impulsions incontrôlables, elle perd la boussole, se cogne, tombe et déclenche une tornade émotionnelle dans sa chambre. Ceci jusqu’à ce qu’une étonnante rencontre ne change le cours de sa journée… Metteure en scène, Lucile Beaune a composé de toutes pièces ce joli conte moderne avec en ligne de mire, l’idée de transmission. Cette jeune trentenaire s’est initiée à la pensée du philosophe Gilles Deleuze, qui s’est lui-même en son temps hissé sur les épaules d’un géant de la pensée : Baruch Spinoza (1632-1677). Un géant plutôt sympathique : il fait ici son entrée sous les traits d’une petite marionnette à gaine, pas guignol pour un sou, quoique… Coiffé d’un chapeau pointu, ce Spinoza porte une dimension comique fort à propos… Eh oui, la philo, c’est tout sauf triste. Prenez la fameuse métaphore du chimpanzé, cet autre nous-même qui a tendance à réagir trop vite et à notre place. Spinoza apprendra à Léo, bagarre à l’appui, qu’il vaut mieux entrer en dialogue avec cet animal intérieur pour apprivoiser ses peurs. En jouant d’un empilement de boîtes comme d’une métaphore de l’esprit, en faisant surgir des figures plus ou moins inquiétantes ou drôles, les marionnettistes ponctuent et illustrent le dialogue très animé entre l’enfant et le philosophe. Les mots, les formes et la pensée dansent… Un moment lumineux pour philosopher en famille.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)