Folksongs

Par Arsys Bourgogne et Mihály Zeke

Le Théâtre d’Auxerre invite Arsys Bourgogne

Quoi de commun entre des compositeurs aussi différents que Béla Bartók, Johannes Brahms, Leoš Janáček, Francis Poulenc ? Tous ont puisé dans la musique traditionnelle pour composer leurs œuvres. Quel lien entre ces œuvres ? Des rives du Danube aux campagnes de France, elles rappellent à nous la geste immuable du monde paysan, qui ne connaît de rythme que le cycle des saisons et les rondes de l’amour. Pour faire ainsi résonner deux à deux quelques titres de ce foisonnant programme, citons À la campagne et La bergère délaissée (Joseph Canteloube), Chant de la récolte et Chant nuptial (Béla Bartók), Pilons l’Orge et Ah ! Mon beau laboureur (Francis Poulenc), La Rose sauvage et Se séparer sans chagrin (Leoš Janáček)… Les exemples abondent. Les seize chanteurs d’Arsys dirigés par Mihály Zeke interprètent une trentaine d’hymnes à la joie écrits par huit compositeurs, pour la plupart à la charnière des XIXe et XXe siècles, comme de vivantes images d’un monde en sursis…

Piano et direction Mihály Zeke

Sopranos Ellen Giacone, Cécile Larroche, Cécile Lohmuller, Lise Viricel

Mezzos Sylvie Bedouelle, Clémence Faber, Lauriane Gaudois, Laurence Renson

Ténors Benjamin Aguirre-Zubiri, Mathieu Chapuis, Thibault Givaja, Patrick Siegrist

Basses Sébastien Brohier, Pierre de Bucy, Julien Guillotton, Jean-Sébastien Nicolas

Photo Conrad Schmitz

Avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté et du Conseil départemental de l’Yonne

Folksongs

Par Arsys Bourgogne et Mihály Zeke

Musique / Tous les spectacles

Le Théâtre d’Auxerre invite Arsys Bourgogne

Quoi de commun entre des compositeurs aussi différents que Béla Bartók, Johannes Brahms, Leoš Janáček, Francis Poulenc ? Tous ont puisé dans la musique traditionnelle pour composer leurs œuvres. Quel lien entre ces œuvres ? Des rives du Danube aux campagnes de France, elles rappellent à nous la geste immuable du monde paysan, qui ne connaît de rythme que le cycle des saisons et les rondes de l’amour. Pour faire ainsi résonner deux à deux quelques titres de ce foisonnant programme, citons À la campagne et La bergère délaissée (Joseph Canteloube), Chant de la récolte et Chant nuptial (Béla Bartók), Pilons l’Orge et Ah ! Mon beau laboureur (Francis Poulenc), La Rose sauvage et Se séparer sans chagrin (Leoš Janáček)… Les exemples abondent. Les seize chanteurs d’Arsys dirigés par Mihály Zeke interprètent une trentaine d’hymnes à la joie écrits par huit compositeurs, pour la plupart à la charnière des XIXe et XXe siècles, comme de vivantes images d’un monde en sursis…

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)