Impressions pastorales

Par l'Orchestre Dijon Bourgogne

Avec Pierre Génisson, c’est un soliste de stature internationale qui partage l’affiche de l’Orchestre Dijon Bourgogne le temps d’une soirée annonciatrice du printemps. Au programme, Mozart et Beethoven en leurs œuvres pour clarinette. Certains alignements de planètes ne trompent pas.

Voici une dizaine d’années que Pierre Génisson suscite l’admiration croissante de ses pairs, du public et de la presse au fil de prestations, d’enregistrements, de concours où il porte brillamment la réputation de l’école française des vents. Prisé par les plus grandes formations internationales, ce soliste de 32 ans qui partage sa vie entre la France et les États-Unis a titré en anglais son récent album How I Met Mozart. Le récit d’une passion – dans un contexte de musique de chambre – qui lui a valu une nouvelle salve d’éloges, du Sunday Times qui l’a hautement distingué jusqu’à la revue Classica qui y a reconnu un « Choc ». C’est dire si Pierre Génisson se trouve en terre d’élection avec l’ouverture de Don Giovanni (1787) et le Concerto pour clarinette en la Majeur, K. 622 (1791). Cette dernière pièce et unique concerto pour clarinette de Mozart est un pur enchantement, signe d’émancipation pour un instrument qui allait trouver quelques années plus tard chez Beethoven une place à part dans l’orchestre. Composée entre 1805 et 1808, sa 6ème symphonie est un hymne à la paix et à la nature qui évoque de manière picturale le chant des oiseaux, la joie des fêtes paysannes, les promenades et les couleurs d’un ciel changeant… C’est le souffle du printemps en somme qui circulera sous la direction du chef Gergely Madaras, lui aussi jeune et talentueux trentenaire à la tête de l’Orchestre Dijon Bourgogne.

Direction Gergely Madaras

Soliste Pierre Génisson, clarinette

Photos Balazs Borocz, Romain Bassenne, odb, classic 360

L’ODB est conventionné par la Ville de Dijon, la Région Bourgogne-Franche-Comté, le Conseil départemental de la Côte-d’Or et la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

Impressions pastorales

Par l'Orchestre Dijon Bourgogne

Musique / Tous les spectacles

Avec Pierre Génisson, c’est un soliste de stature internationale qui partage l’affiche de l’Orchestre Dijon Bourgogne le temps d’une soirée annonciatrice du printemps. Au programme, Mozart et Beethoven en leurs œuvres pour clarinette. Certains alignements de planètes ne trompent pas.

Voici une dizaine d’années que Pierre Génisson suscite l’admiration croissante de ses pairs, du public et de la presse au fil de prestations, d’enregistrements, de concours où il porte brillamment la réputation de l’école française des vents. Prisé par les plus grandes formations internationales, ce soliste de 32 ans qui partage sa vie entre la France et les États-Unis a titré en anglais son récent album How I Met Mozart. Le récit d’une passion – dans un contexte de musique de chambre – qui lui a valu une nouvelle salve d’éloges, du Sunday Times qui l’a hautement distingué jusqu’à la revue Classica qui y a reconnu un « Choc ». C’est dire si Pierre Génisson se trouve en terre d’élection avec l’ouverture de Don Giovanni (1787) et le Concerto pour clarinette en la Majeur, K. 622 (1791). Cette dernière pièce et unique concerto pour clarinette de Mozart est un pur enchantement, signe d’émancipation pour un instrument qui allait trouver quelques années plus tard chez Beethoven une place à part dans l’orchestre. Composée entre 1805 et 1808, sa 6ème symphonie est un hymne à la paix et à la nature qui évoque de manière picturale le chant des oiseaux, la joie des fêtes paysannes, les promenades et les couleurs d’un ciel changeant… C’est le souffle du printemps en somme qui circulera sous la direction du chef Gergely Madaras, lui aussi jeune et talentueux trentenaire à la tête de l’Orchestre Dijon Bourgogne.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)

Le théatre

GRATUIT
VOIR