J’ai peur des parapluies

Par Le Quatrième Corollaire

Est-ce parce qu’ils nous séparent du ciel que les parapluies peuvent susciter la crainte ? Quatre circassiens-danseurs tournés vers l’envol apprivoisent l’aichmophobie, ce mal étrange dans un poème atmosphérique à la lisière de la nuit. Le cirque contemporain, et après ? Le cirque d’anticipation peut-être… Marc Brillant nous avait hypnotisés à la roue Cyr dans Cabaret Cyrk en février 2017.

Il nous revient au sein du Quatrième corollaire en maître d’œuvre d’un tableau post-apocalyptique digne de l’heroic fantasy. Songe en mouvement, J’ai peur des parapluies se raconte sans paroles mais s’appuie sur la charge émotionnelle du son et de la musique, qui font courir mille histoires potentielles sur le plateau. Composé comme une suite de tableaux saisis entre ombre et lumière, le spectacle décrit les tribulations d’un personnage en proie à d’étranges rencontres : créatures de la nuit primitives, dames blanches, corps arachnéens, figures inquiétantes cherchant à entraver le mouvement… Autant d’apparitions qui s’inscrivent sur une toile de fond translucide peinte en direct, lacérée, mouvante et sujette à toutes les transformations… Objet fétiche de ce spectacle à clefs, le parapluie surgit de loin en loin comme un présage funeste aux mains d’on ne sait quel mauvais génie. Il se manifeste aussi en agrès de cirque XXL étincelant : un immense mât chinois surmonté de baleines suspendu dans l’espace en pleine révolution. Une échappée salutaire vers le bleu du ciel ?

 

Mise en scène Marc Brillant

Distribution Christelle Dubois, Fabien Milet, Sophie Porta et Marc Brillant

Création musicale Clément Roussillat

Création & régie lumière Amélie Verjat

Scénographie Marc Brillant et Sophie Porta

Photo Le Quatrième Corollaire

Production Le Quatrième Corollaire Avec le soutien de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté, du Conseil départemental de l’Yonne, du Centre Chorégraphique National de Créteil, Cie Kafig, du Pôle National des Arts du Cirque Méditéranée – Archaos, de la Transverse et de Jatka 78 - Prague

J’ai peur des parapluies

Par Le Quatrième Corollaire

Cirque / Danse / Tous les spectacles

Est-ce parce qu’ils nous séparent du ciel que les parapluies peuvent susciter la crainte ? Quatre circassiens-danseurs tournés vers l’envol apprivoisent l’aichmophobie, ce mal étrange dans un poème atmosphérique à la lisière de la nuit. Le cirque contemporain, et après ? Le cirque d’anticipation peut-être… Marc Brillant nous avait hypnotisés à la roue Cyr dans Cabaret Cyrk en février 2017.

Il nous revient au sein du Quatrième corollaire en maître d’œuvre d’un tableau post-apocalyptique digne de l’heroic fantasy. Songe en mouvement, J’ai peur des parapluies se raconte sans paroles mais s’appuie sur la charge émotionnelle du son et de la musique, qui font courir mille histoires potentielles sur le plateau. Composé comme une suite de tableaux saisis entre ombre et lumière, le spectacle décrit les tribulations d’un personnage en proie à d’étranges rencontres : créatures de la nuit primitives, dames blanches, corps arachnéens, figures inquiétantes cherchant à entraver le mouvement… Autant d’apparitions qui s’inscrivent sur une toile de fond translucide peinte en direct, lacérée, mouvante et sujette à toutes les transformations… Objet fétiche de ce spectacle à clefs, le parapluie surgit de loin en loin comme un présage funeste aux mains d’on ne sait quel mauvais génie. Il se manifeste aussi en agrès de cirque XXL étincelant : un immense mât chinois surmonté de baleines suspendu dans l’espace en pleine révolution. Une échappée salutaire vers le bleu du ciel ?

 

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)

Le théatre

GRATUIT
VOIR