Événement Passé

La formule du bonheur

De et par Rainer Sievert

En 2006, dans un village des Ardennes, une forge vieille de 150 ans, fleuron de la métallurgie dans la région, fermait ses portes, après avoir été confiée à un fond d’investissement américain. Deux personnes en fait, qui ont consciencieusement pillé le site et engrangé des millions durant une année pour ne laisser qu’une friche abandonnée… Comment a-t-on pu en arriver là ? Comment ça marche? Entre enquête d’investigation, polar et chronique de notre monde, Rainer Sievert s’empare de ce fait divers pour tenter de comprendre. Sur un mode à la fois ironique et tragique, il raconte l’histoire de son enquête, de l’entreprise, du village, des ouvriers laissés sur le carreau, des patrons-voyous réfugiés aux États-Unis… Une histoire d’aujourd’hui en somme, un conte moderne qui affronte la peur et la résignation, qui affronte les questions, noyées dans des discours de plus en plus nébuleux sur « la crise ». Dans la tradition du cabaret politique allemand, Sievert s’interroge ainsi, tel un candide, sur le fonctionnement de la société et de ses rouages financiers, administratifs et politiques tout en épinglant avec humour les dérives d’un système mondialisé où les humains comme les dommages collatéraux ne compteraient plus. Une pièce salutaire et férocement drôle, un théâtre citoyen qui nous rappelle que l’esclavage économique n’est pas forcément une fatalité…

Texte et conception Rainer Sievert
Avec Rainer Sievert, Manuel Langevin
Collaboration Marc Wels
Lumière Wilfried Schick
Photo Rainer Sievert

Production Free Entrance Coproduction Le Théâtre - scène conventionnée d'Auxerre, Théâtre Firmin Gémier / La Piscine - scène conventionnée d'Antony et de Chatenay-Malabry, association Pain et Jeux

La formule du bonheur

De et par Rainer Sievert

Théâtre

En 2006, dans un village des Ardennes, une forge vieille de 150 ans, fleuron de la métallurgie dans la région, fermait ses portes, après avoir été confiée à un fond d’investissement américain. Deux personnes en fait, qui ont consciencieusement pillé le site et engrangé des millions durant une année pour ne laisser qu’une friche abandonnée… Comment a-t-on pu en arriver là ? Comment ça marche? Entre enquête d’investigation, polar et chronique de notre monde, Rainer Sievert s’empare de ce fait divers pour tenter de comprendre. Sur un mode à la fois ironique et tragique, il raconte l’histoire de son enquête, de l’entreprise, du village, des ouvriers laissés sur le carreau, des patrons-voyous réfugiés aux États-Unis… Une histoire d’aujourd’hui en somme, un conte moderne qui affronte la peur et la résignation, qui affronte les questions, noyées dans des discours de plus en plus nébuleux sur « la crise ». Dans la tradition du cabaret politique allemand, Sievert s’interroge ainsi, tel un candide, sur le fonctionnement de la société et de ses rouages financiers, administratifs et politiques tout en épinglant avec humour les dérives d’un système mondialisé où les humains comme les dommages collatéraux ne compteraient plus. Une pièce salutaire et férocement drôle, un théâtre citoyen qui nous rappelle que l’esclavage économique n’est pas forcément une fatalité…

Autour du spectacle

Bords plateau

à l’issue de chaque représentation

rencontre avec l’équipe artistique

 

Les Apéros dits du vendredi

vendredi 4 mars à 18 h 30

Carte blanche à Rainer Sievert

avec Rainer Sievert et les stagiaires de l’atelier Théâtre-École

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)