Le livre de ma mère

D'Albert Cohen / Par Patrick Timsit

Un auteur, un acteur, un metteur en scène. Et Le livre de ma mère. Un texte qui en prenant sa source à l’endroit de l’intimité la plus grande trouve une voie vers l’universel. Et sa raison d’être sur un plateau de théâtre. Lumineux.

« Aucun fils ne sait vraiment que sa mère mourra et tous les fils se fâchent et s’impatientent contre leurs mères, les fous si tôt punis. » Le Livre de ma mère (1954) est un livre de deuil. Moins connu que le chef-d’œuvre Belle du Seigneur, il occupe une place à part dans l’œuvre d’Albert Cohen. Tout à la fois lettre d’amour passionnée, autobiographie tissée d’anecdotes, récit d’immigration, il représente une véritable gageure pour le théâtre. De celles qu’on met longtemps à tenter. Il aura fallu trente ans à Patrick Timsit pour envisager de transmettre en scène l’écrit fondateur de ses jeunes années, longuement ruminé, annoté, lu et relu. Il aura fallu aussi la rencontre et le regard de Dominique Pitoiset, metteur en scène de théâtre et d’opéra à la stature internationale qui a ces dernières années installé sa compagnie à Dijon. À la clef, le projet partagé d’atteindre derrière la personne de l’auteur, de l’homme public et du diplomate que fut Albert Cohen, la figure de l’enfant pris dans son irrémédiable solitude. Mémoire, amour, culpabilité, ombre et lumière… Seul en scène, environné de souvenirs, Patrick Timsit nous conduit au cœur de l’écriture et donne une résonance toute personnelle et une chair à ce texte désespéré, comme un trait d’union entre l’intime et l’universel.

 

grande salle

à partir de 14 ans

Durée : 1 h 15

Tarif

de 8 à 25 €

Réservez

A découvrir aussi

Texte Albert Cohen

Avec Patrick Timsit

Mise en scène et scénographie Dominique Pitoiset

Photo Gilles Vidal et Pascal Victor

D’après Le livre de ma mère d’Albert Cohen aux Editions Gallimard Production Les Visiteurs du Soir, en coréalisation avec la Compagnie Pitoiset – Dijon La Compagnie Pitoiset - Dijon est conventionnée par le Ministère de la Culture / DGCA et la Ville de Dijon.

Le livre de ma mère

D'Albert Cohen / Par Patrick Timsit

Théâtre / Tous les spectacles

Un auteur, un acteur, un metteur en scène. Et Le livre de ma mère. Un texte qui en prenant sa source à l’endroit de l’intimité la plus grande trouve une voie vers l’universel. Et sa raison d’être sur un plateau de théâtre. Lumineux.

« Aucun fils ne sait vraiment que sa mère mourra et tous les fils se fâchent et s’impatientent contre leurs mères, les fous si tôt punis. » Le Livre de ma mère (1954) est un livre de deuil. Moins connu que le chef-d’œuvre Belle du Seigneur, il occupe une place à part dans l’œuvre d’Albert Cohen. Tout à la fois lettre d’amour passionnée, autobiographie tissée d’anecdotes, récit d’immigration, il représente une véritable gageure pour le théâtre. De celles qu’on met longtemps à tenter. Il aura fallu trente ans à Patrick Timsit pour envisager de transmettre en scène l’écrit fondateur de ses jeunes années, longuement ruminé, annoté, lu et relu. Il aura fallu aussi la rencontre et le regard de Dominique Pitoiset, metteur en scène de théâtre et d’opéra à la stature internationale qui a ces dernières années installé sa compagnie à Dijon. À la clef, le projet partagé d’atteindre derrière la personne de l’auteur, de l’homme public et du diplomate que fut Albert Cohen, la figure de l’enfant pris dans son irrémédiable solitude. Mémoire, amour, culpabilité, ombre et lumière… Seul en scène, environné de souvenirs, Patrick Timsit nous conduit au cœur de l’écriture et donne une résonance toute personnelle et une chair à ce texte désespéré, comme un trait d’union entre l’intime et l’universel.

 

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)