Événement Passé

Médée Kali

De Laurent Gaudé / Par le Théâtre de Ume

Les mythes, ce réservoir de fictions inépuisable qu’il suffit d’ouvrir pour faire surgir les images… et pourquoi pas les associer ? Voici le jeu auquel s’est livré Laurent Gaudé autour de Médée dans cet étonnant « monologue à trois voix » qui nous fait voyager des bords du Gange à la Grèce. Pour l’héroïne infanticide d’Euripide, il a imaginé une naissance en Inde sous les auspices de Kali, déesse Indoue de la destruction. Autre femme puissante, Gorgo, la Méduse qui pétrifie les êtres, lui prête aussi ses pouvoirs… En scène, offerte dans un face à face sans échappatoire, lascive et sanglante, Émilie Faucheux incarne cette Médée « gigogne » narratrice de sa propre histoire. Le récit débute longtemps après la tragédie primitive. Errante, encore ivre de vengeance, Médée part exhumer ses enfants pour les ravir à la terre grecque… Sur ses pas, un homme mystérieux auquel elle adresse son terrible récit, présence masculine hors champ à laquelle le contrebassiste Benoît Jayot offre un corps musical… Promesse de rédemption par l’amour ou nouvel ennemi à combattre ? Si loin, si proche… Cette Médée transfigurée apparaît telle qu’en elle-même, bouleversante, et nous rappelle à chaque instant qu’on la surnomme aussi Médée « la magicienne »…

Avec Émilie Faucheux
Contrebasse Benoît Jayot
Photo Stef Bloch

Coproduction Entre Cour et Jardins

Médée Kali

De Laurent Gaudé / Par le Théâtre de Ume

Musique / Théâtre / Tous les spectacles

Les mythes, ce réservoir de fictions inépuisable qu’il suffit d’ouvrir pour faire surgir les images… et pourquoi pas les associer ? Voici le jeu auquel s’est livré Laurent Gaudé autour de Médée dans cet étonnant « monologue à trois voix » qui nous fait voyager des bords du Gange à la Grèce. Pour l’héroïne infanticide d’Euripide, il a imaginé une naissance en Inde sous les auspices de Kali, déesse Indoue de la destruction. Autre femme puissante, Gorgo, la Méduse qui pétrifie les êtres, lui prête aussi ses pouvoirs… En scène, offerte dans un face à face sans échappatoire, lascive et sanglante, Émilie Faucheux incarne cette Médée « gigogne » narratrice de sa propre histoire. Le récit débute longtemps après la tragédie primitive. Errante, encore ivre de vengeance, Médée part exhumer ses enfants pour les ravir à la terre grecque… Sur ses pas, un homme mystérieux auquel elle adresse son terrible récit, présence masculine hors champ à laquelle le contrebassiste Benoît Jayot offre un corps musical… Promesse de rédemption par l’amour ou nouvel ennemi à combattre ? Si loin, si proche… Cette Médée transfigurée apparaît telle qu’en elle-même, bouleversante, et nous rappelle à chaque instant qu’on la surnomme aussi Médée « la magicienne »…

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)