Événement Passé

Mélodies pour hautbois, basson et piano

Carte blanche à Johannes Grosso

les Classiques d’Auxerre « Jeunes talents »

 

Propulsé sur la scène internationale par son triomphe retentissant au prestigieux Concours du Printemps de Prague en 2014, le hautboïste Johannes Grosso, 28 ans, poursuit un parcours lumineux au sein de l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung et vient de gagner la place de hautbois solo à l’Orchestre de l’Opéra de Frankfort. Pour ce concert à Auxerre, cet artiste aussi fin et sensible que virtuose et énergique, a invité une pianiste et un basson pour une conversation instrumentale des plus colorées autour du romantisme du Trio pathétique du compositeur russe Glinka et des sublimes Romances sans paroles de Mendelssohn d’une douceur mélodique sans pareil. Place ensuite à Poulenc avec une de ses pièces ultimes, la Sonate pour hautbois et piano et l’irrésistible Trio pour hautbois, basson et piano, œuvre particulièrement brillante où l’on retrouve toute la verve, la grâce, la mélancolie et la vitalité du compositeur français.

grande salle

pour toute la famille

Durée : 1 h 30 avec entracte

Tarif

de 7 à 22 euros

A découvrir aussi

Hautbois Johannes Grosso
Basson Wladimir Weimer
Piano Olga Kirpicheva
Photo Marine Cessat-Bégler, Mathieu Benoit, Yamaguchi Atsushi

Mélodies pour hautbois, basson et piano

Carte blanche à Johannes Grosso

Musique

les Classiques d’Auxerre « Jeunes talents »

 

Propulsé sur la scène internationale par son triomphe retentissant au prestigieux Concours du Printemps de Prague en 2014, le hautboïste Johannes Grosso, 28 ans, poursuit un parcours lumineux au sein de l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung et vient de gagner la place de hautbois solo à l’Orchestre de l’Opéra de Frankfort. Pour ce concert à Auxerre, cet artiste aussi fin et sensible que virtuose et énergique, a invité une pianiste et un basson pour une conversation instrumentale des plus colorées autour du romantisme du Trio pathétique du compositeur russe Glinka et des sublimes Romances sans paroles de Mendelssohn d’une douceur mélodique sans pareil. Place ensuite à Poulenc avec une de ses pièces ultimes, la Sonate pour hautbois et piano et l’irrésistible Trio pour hautbois, basson et piano, œuvre particulièrement brillante où l’on retrouve toute la verve, la grâce, la mélancolie et la vitalité du compositeur français.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)