Oncle Vania

Par la compagnie OC&CO

Vania s’est sacrifié pour un idéal déçu. Sa vie durant, il a admiré et servi son beau-frère le professeur Sérébriakov : un homme finalement médiocre. Le temps d’un été, différentes destinées se croisent dans la propriété où Oncle Vania vit avec sa nièce Sonia. L’orage gronde…

Le théâtre comme suite de cavalcades, carnaval de masques et meurtres en cascade ? Tchekhov en faisait fi. Et prônait avec peut-être un brin de provocation un théâtre anti-dramatique : « Dans la vie, les hommes ne se tuent pas, ne se pendent pas, ne se font pas des déclarations à tout bout de champ. Ils ne disent pas à tout instant des choses pathétiques. Ils mangent, ils boivent, ils trainent et disent des bêtises. Et voilà, c’est cela qu’il faut montrer sur scène. » Langueur d’étés sans fin, vies suspendues, désirs inassouvis… Tout ceci irradie dans Oncle Vania avec la pure poésie propre au Maître russe. Pourtant, on trouve aussi dans cette pièce, de manière moins habituelle, des emprunts au vaudeville, un humour grinçant, l’irruption d’évènements tragicomiques. Autant de registres à explorer pour le metteur en scène Olivier Chapelet qui aime jouer des conventions au théâtre. Changements à vue, adresses directes au public, pris à témoin. Une manière de dévoiler les mécanismes de la représentation pour rendre son miracle plus tangible ; de diriger aussi vers chacun le regard du grand observateur de l’âme humaine que fut Tchekhov.

grande salle

à partir de 15 ans

Durée : 1 h 40

Tarif

de 8 à 25 euros

Réservez

Texte Anton Tchekhov
Adaptation française Olivier Chapelet
Mise en scène Olivier Chapelet
Scénographie Emmanuelle Bischoff
Costumes Elsa Poulie
Musique et paysage sonore Olivier Fuchs
Création lumière Stéphane Wolffer
Régies générale et son Olivier Songy
Distribution Fabien Joubert, Anne-Laure Hagenmuller, Yann Siptrott, François Small, Coline Chapelet, Françoise Lervy, Bruno Journée

 

 

Créé en novembre 2019 au TAPS Scala, à Strasbourg. Production OC&CO Coproduction TAPS – Théâtre Actuel et Public de Strasbourg Avec le soutien de la DRAC Grand Est, la région Grand Est, le département du Bas-Rhin et la Spedidam

Oncle Vania

Par la compagnie OC&CO

Théâtre / Tous les spectacles

Vania s’est sacrifié pour un idéal déçu. Sa vie durant, il a admiré et servi son beau-frère le professeur Sérébriakov : un homme finalement médiocre. Le temps d’un été, différentes destinées se croisent dans la propriété où Oncle Vania vit avec sa nièce Sonia. L’orage gronde…

Le théâtre comme suite de cavalcades, carnaval de masques et meurtres en cascade ? Tchekhov en faisait fi. Et prônait avec peut-être un brin de provocation un théâtre anti-dramatique : « Dans la vie, les hommes ne se tuent pas, ne se pendent pas, ne se font pas des déclarations à tout bout de champ. Ils ne disent pas à tout instant des choses pathétiques. Ils mangent, ils boivent, ils trainent et disent des bêtises. Et voilà, c’est cela qu’il faut montrer sur scène. » Langueur d’étés sans fin, vies suspendues, désirs inassouvis… Tout ceci irradie dans Oncle Vania avec la pure poésie propre au Maître russe. Pourtant, on trouve aussi dans cette pièce, de manière moins habituelle, des emprunts au vaudeville, un humour grinçant, l’irruption d’évènements tragicomiques. Autant de registres à explorer pour le metteur en scène Olivier Chapelet qui aime jouer des conventions au théâtre. Changements à vue, adresses directes au public, pris à témoin. Une manière de dévoiler les mécanismes de la représentation pour rendre son miracle plus tangible ; de diriger aussi vers chacun le regard du grand observateur de l’âme humaine que fut Tchekhov.

Autour du spectacle

Lecture apéritive / jeudi 28 novembre à 19 h / Les Âmes russes / par Les Amis du Théâtre / durée 30 mn

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)