Piaf, l’être intime

En duo avec l’accordéoniste Lionel Suarez, Clotilde Courau nous livre une part intime d’elle-même qui a pour nom… Edith Piaf. Une magnifique déclaration d’amour à la vie.

Ce qui distingue une personnalité de légende ? La difficulté peut-être d’en séparer la vie et l’œuvre. La « Môme » Piaf était de cette étoffe. Interprète de légende qu’il est vain de décrire, elle fut aussi la grande amoureuse qui refusait toute concession lorsqu’il s’agissait des sentiments… De sa riche vie sentimentale, on connaît l’acmé : l’idylle avec le boxeur Marcel Cerdan et en 1949, la fin tragique de celui-ci dans un accident d’avion. Passionnée par la figure de Piaf, Clotilde Courau s’est attachée à ce moment charnière et plus particulièrement, à un épisode situé quelques mois après le drame. Le temps d’une brève relation, Piaf écrit une suite de onze lettres à l’amant entre les bras duquel elle cherche réconfort. Ce sont ces écrits restés jusqu’alors inédits que l’actrice nous invite à parcourir, dialoguant au plus près avec l’accordéoniste Lionel Suarez. Clotilde Courau ne chante pas, pas plus qu’elle ne cherche à incarner un rôle. Elle se tient au plus près des mots de Piaf, se fait l’interprète sensible d’une immense déclaration d’amour à la vie qui court au fil des lettres. La bonté d’âme et la fragilité, la force et la solitude. L’humour aussi, malgré la peine. C’est une autre Piaf, intime, que l’on découvre. Et au bout du chemin, une formidable leçon de vie qui nous est confiée.

grande salle

à partir de 10 ans

Durée : 1 h

Tarif

de 8 à 25 euros

Réservez

D’après la correspondance d’Edith Piaf

Mise en scène Serge Hureau

Avec Clotilde Courau jeu et Lionel Suarez accordéon

Photos N. Darphin / Roch Armando / Daniel Angeli

Créé le dimanche 7 décembre 2014 au Théâtre de l’œuvre. Production Blue Line

Piaf, l’être intime

Musique / Théâtre / Tous les spectacles

En duo avec l’accordéoniste Lionel Suarez, Clotilde Courau nous livre une part intime d’elle-même qui a pour nom… Edith Piaf. Une magnifique déclaration d’amour à la vie.

Ce qui distingue une personnalité de légende ? La difficulté peut-être d’en séparer la vie et l’œuvre. La « Môme » Piaf était de cette étoffe. Interprète de légende qu’il est vain de décrire, elle fut aussi la grande amoureuse qui refusait toute concession lorsqu’il s’agissait des sentiments… De sa riche vie sentimentale, on connaît l’acmé : l’idylle avec le boxeur Marcel Cerdan et en 1949, la fin tragique de celui-ci dans un accident d’avion. Passionnée par la figure de Piaf, Clotilde Courau s’est attachée à ce moment charnière et plus particulièrement, à un épisode situé quelques mois après le drame. Le temps d’une brève relation, Piaf écrit une suite de onze lettres à l’amant entre les bras duquel elle cherche réconfort. Ce sont ces écrits restés jusqu’alors inédits que l’actrice nous invite à parcourir, dialoguant au plus près avec l’accordéoniste Lionel Suarez. Clotilde Courau ne chante pas, pas plus qu’elle ne cherche à incarner un rôle. Elle se tient au plus près des mots de Piaf, se fait l’interprète sensible d’une immense déclaration d’amour à la vie qui court au fil des lettres. La bonté d’âme et la fragilité, la force et la solitude. L’humour aussi, malgré la peine. C’est une autre Piaf, intime, que l’on découvre. Et au bout du chemin, une formidable leçon de vie qui nous est confiée.

Autour du spectacle

La presse en parle
« Tout est interprété avec sensibilité, intensité par Clotilde Courau, elle investit le personnage, ne l’imite pas mais a, parfois des attitudes de Piaf, ses sourires, sa foi constante. Lionel Suarez, l’accordéoniste est plus qu’un musicien, c’est un vrai partenaire. » théâtre passion

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)