Événement Passé

Roi Lear 4/87

D’après Shakespeare / Par le Théâtre Cazaril

Tragédie baroque à l’esthétique sombre, Le Roi Lear superpose et entrelace les figures du roi, du père et du fou et apparaît comme le drame de l’ingratitude et de la folie de deux familles : celle du Roi Lear et de ses trois filles et celle des Gloucester. Lorsque Lear décide d’abandonner sa couronne au début de la pièce, il déclenche un chaos politique sans commune mesure. Les passions se déchaînent. Trahisons, complots, meurtres, guerres de pouvoir, démences… toutes les caractéristiques de l’écriture de Shakespeare sont ici portées à leur paroxysme.

Antoine Caubet réussit le tour de force d’adapter avec originalité et pertinence cette tragédie flamboyante. Loin de tout effet spectaculaire, il laisse entendre le texte dans la plus grande nudité théâtrale, accompagné de trois comédiens à l’énergie euphorisante qui se glissent tour à tour dans les différents rôles, incarnant les métamorphoses successives de tous les personnages. Un texte, quatre acteurs, un plateau nu… sa mise en scène nous ramène à l’essence même du théâtre.

 

Traduction Jean-Michel Desprats, éditions Gallimard

Mise en scène Antoine Caubet

Assistante Adèl Kollar

Avec Antoine Caubet, Cécile Cholet, Christine Guênon et Olivier Horeau

Photo Hervé Bellamy

Production Théâtre Cazaril, CCAS. Le Théâtre Cazaril est conventionné par la DRAC Île-de-France / Ministère de la culture et de la communication, en résidence à L’apostrophe - Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise.

Roi Lear 4/87

D’après Shakespeare / Par le Théâtre Cazaril

Théâtre

Tragédie baroque à l’esthétique sombre, Le Roi Lear superpose et entrelace les figures du roi, du père et du fou et apparaît comme le drame de l’ingratitude et de la folie de deux familles : celle du Roi Lear et de ses trois filles et celle des Gloucester. Lorsque Lear décide d’abandonner sa couronne au début de la pièce, il déclenche un chaos politique sans commune mesure. Les passions se déchaînent. Trahisons, complots, meurtres, guerres de pouvoir, démences… toutes les caractéristiques de l’écriture de Shakespeare sont ici portées à leur paroxysme.

Antoine Caubet réussit le tour de force d’adapter avec originalité et pertinence cette tragédie flamboyante. Loin de tout effet spectaculaire, il laisse entendre le texte dans la plus grande nudité théâtrale, accompagné de trois comédiens à l’énergie euphorisante qui se glissent tour à tour dans les différents rôles, incarnant les métamorphoses successives de tous les personnages. Un texte, quatre acteurs, un plateau nu… sa mise en scène nous ramène à l’essence même du théâtre.

 

Autour du spectacle

Ciné-club

mardi 14 janvier à 20 h

grande salle

Ran

réalisé par Akira Kurosawa

 

Bord plateau

mercredi 29 janvier

rencontre avec Antoine Caubet et l’équipe artistique

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)