Apatride

en coréalisation avec le Silex / Par André Manoukian

Collaborateur de grands jazzmen – Michel Petrucciani, Richard Galliano -, de monuments de la chanson – Aznavour, Bécaud -, lauréat du réputé Berklee College of Music de Boston et juré-star d’un télé-crochet d’anthologie… André Manoukian est l’homme de mille vies musicales qui ont fait de lui un passeur recherché entre l’exigence et la transmission au grand public. Est-ce l’effet de ce tourbillon ? Il ne s’était encore jamais penché sur une composante essentielle de son histoire : André Manoukian est issu d’une famille arménienne. Une diaspora dont il s’est – sur le plan musical – longtemps tenu éloigné, jusqu’à une rencontre fortuite et un « pourriez-vous me jouer quelque chose d’Arménien ? » qui fait déclic. Manoukian a ainsi pris la route pour de nouveaux – et anciens – territoires sonores jusqu’à publier en 2017 un album qu’il nous invite aujourd’hui à parcourir avec lui, accompagné de trois musiciens. Sur scène, piano, sax, batterie, violoncelle, et “duduk“, cette flûte arménienne à voix humaine…. Quelque part entre Vienne et Samarkhande, cette formation atypique nous donne rendez-vous pour 1 h 30 de swing et de spleen, à l’écoute des échos de tambours sacrés iraniens, des rythmes « alaturka », de l’âme musicale des ancêtres.

grande salle

tout public

Durée : 1 h 30

Tarif

de 8 à 25 euros

Réservez

Piano André Manoukian­

Saxophones / Doudoug Hervé Gourdikian

Batterie Pierre Alain Tocanier

Violoncelle Guillaume Latil­

Créé le 18 avril 2019. Production Enzo Productions.

Apatride

en coréalisation avec le Silex / Par André Manoukian

Musique / Tous les spectacles

Collaborateur de grands jazzmen – Michel Petrucciani, Richard Galliano -, de monuments de la chanson – Aznavour, Bécaud -, lauréat du réputé Berklee College of Music de Boston et juré-star d’un télé-crochet d’anthologie… André Manoukian est l’homme de mille vies musicales qui ont fait de lui un passeur recherché entre l’exigence et la transmission au grand public. Est-ce l’effet de ce tourbillon ? Il ne s’était encore jamais penché sur une composante essentielle de son histoire : André Manoukian est issu d’une famille arménienne. Une diaspora dont il s’est – sur le plan musical – longtemps tenu éloigné, jusqu’à une rencontre fortuite et un « pourriez-vous me jouer quelque chose d’Arménien ? » qui fait déclic. Manoukian a ainsi pris la route pour de nouveaux – et anciens – territoires sonores jusqu’à publier en 2017 un album qu’il nous invite aujourd’hui à parcourir avec lui, accompagné de trois musiciens. Sur scène, piano, sax, batterie, violoncelle, et “duduk“, cette flûte arménienne à voix humaine…. Quelque part entre Vienne et Samarkhande, cette formation atypique nous donne rendez-vous pour 1 h 30 de swing et de spleen, à l’écoute des échos de tambours sacrés iraniens, des rythmes « alaturka », de l’âme musicale des ancêtres.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

S'inscrire à la newsletter

* requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)