Événement Passé

La Convivialité

D’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron Par la compagnie Chantal & Bernadette

L’orthographe française est exigeante envers nous ? Et si nous le devenions tout autant envers elle ? Voici le leitmotiv d’un duo qui chahute notre rapport à la langue avec érudition, esprit… et en toute convivialité.

Saviez-vous que le verbe alléger prend deux l, mais qu’alourdir n’en prend qu’un ? Que dans l’expression gelée de groseille, le fruit ne prend pas de s, bien qu’il devienne groseilles lorsqu’on le transforme… en confiture ? Deux preuves s’il en fallait qu’en français, l’exception est bien souvent la règle… Respectivement professeurs de français et de philosophie, tous deux passionnés de linguistique, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron ont pris le parti de prendre à contre-pied le sujet de l’orthographe, ô combien prompt à déchaîner les passions. Ensemble, ils ont imaginé avec La convivialité un spectacle aux faux airs de conférence qui aborde de façon décomplexée notre rapport à la norme linguistique. Des douze manières d’écrire le son « s » aux origines de l’accord du participe passé, les exemples de doctes absurdités abondent et laissent affleurer une drôlerie qu’on ne soupçonnait pas. Au-delà de l’anecdote, nos duettistes nous rappellent aussi que Montaigne et Molière avaient une façon d’écrire toute personnelle, que la langue est un enjeu de distinction sociale et que ceux qui l’ont le mieux servie furent souvent les plus indulgents à l’égard de l’orthographe ! Un spectacle pop, décontracté et nécessaire, parce qu’il est grand temps d’ouvrir le débat et « qu’il faut bien avouer que l’Académie française a un vrai potentiel comique… »

grande salle

à partir de 14 ans

Durée : 55 mn

Tarif

de 8 à 25 euros

Liens

 

Conception et écriture Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

Avec Philippe Couture et Antoni Severino

Direction technique et régie Charlotte Plissart

Co-mise en scène Dominique Bréda, Arnaud Pirault et Clément Thirion
Création vidéo Kévin Matagne

Conseiller technique Nicolas Callandt

Conseiller artistique Antoine Defoort
Assistanat à la mise en scène Anaïs Moray

Développement et diffusion Habemus Papam (Cora-Line Lefèvre et Julien Sigard)

Créé en septembre 2016 au Théâtre national Wallonie Bruxelles. Une création de la compagnie Chantal & Bernadette. Coproduction le Théâtre National (Bruxelles), L’Ancre (Charleroi) et Hypothalamus renforcé. Avec le soutien du Théâtre La Cité (Marseille), de La Bellone (Bruxelles), de la compagnie La Zouze (Marseille) et du service de la langue française de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du centre culturel de Braine L’Alleud. Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Service du théâtre).

La Convivialité

D’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron Par la compagnie Chantal & Bernadette

Théâtre / Tous les spectacles

L’orthographe française est exigeante envers nous ? Et si nous le devenions tout autant envers elle ? Voici le leitmotiv d’un duo qui chahute notre rapport à la langue avec érudition, esprit… et en toute convivialité.

Saviez-vous que le verbe alléger prend deux l, mais qu’alourdir n’en prend qu’un ? Que dans l’expression gelée de groseille, le fruit ne prend pas de s, bien qu’il devienne groseilles lorsqu’on le transforme… en confiture ? Deux preuves s’il en fallait qu’en français, l’exception est bien souvent la règle… Respectivement professeurs de français et de philosophie, tous deux passionnés de linguistique, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron ont pris le parti de prendre à contre-pied le sujet de l’orthographe, ô combien prompt à déchaîner les passions. Ensemble, ils ont imaginé avec La convivialité un spectacle aux faux airs de conférence qui aborde de façon décomplexée notre rapport à la norme linguistique. Des douze manières d’écrire le son « s » aux origines de l’accord du participe passé, les exemples de doctes absurdités abondent et laissent affleurer une drôlerie qu’on ne soupçonnait pas. Au-delà de l’anecdote, nos duettistes nous rappellent aussi que Montaigne et Molière avaient une façon d’écrire toute personnelle, que la langue est un enjeu de distinction sociale et que ceux qui l’ont le mieux servie furent souvent les plus indulgents à l’égard de l’orthographe ! Un spectacle pop, décontracté et nécessaire, parce qu’il est grand temps d’ouvrir le débat et « qu’il faut bien avouer que l’Académie française a un vrai potentiel comique… »

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

S'inscrire à la newsletter

* requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)