Actualité

Vous pouvez dès à présent télécharger la fiche pédagogique du spectacle Après la fin, par la Cie le Beau danger.

Retrouvez la Pièce (dé)montée, dossier pédagogique sur le spectacle Othello pour travailler avec les élèves avant et après la représentation.

Prenez date !
Pour la prochaine Scène des Idées nous accueillerons Jean-Vincent Holeindre, professeur et chercheur en science politique, le jeudi 10 janvier.

Un stage de pratique théâtrale pour les enseignants

Une vingtaine d’enseignants se sont retrouvés le vendredi 5 octobre 2018 dans la grande salle du Théâtre d’Auxerre pour découvrir par la pratique théâtrale une partie de la programmation 2018-2019. Animé sur le plateau par Léo Cohen-Paperman, metteur en scène en résidence, ce stage a été conçu en collaboration avec Véronique Poinsot, enseignante missionnée en ... En savoir plus »

Scènes d’Automne 2018

Scènes d’Automne 2018

samedi 22 et dimanche 23 septembre 2018 Retrouvez les rencontres de théâtre amateur organisés pour la sixième année au Théâtre d’Auxerre. Dix compagnies de l’Yonne et de Côte d’Or vous attendent pour deux jours de spectacles gratuits. Retrouvez tout le programme dans le Publics Scènes d’automne 2018. En savoir plus »

Parcours arts graphiques et sérigraphie : stages de création

Avec Marga Berra Zubieta, graphiste et Cristel Papasian, professeure d'arts plastique

samedi 19 et dimanche 20 janvier / au Théâtre d’Auxerre

samedi 2 et dimanche 3 février / au Tiers-Lieu Les Riverains

samedi 16 et dimanche 17 mars / au Tiers-Lieu et au Théâtre

Les samedis de 14 h à 18 h

Les dimanche de 10 h à 13 h et de 14 h à 17 h

 

Le Théâtre vous propose 3 week-ends de stage, avec Marga Berra Zubieta et Cristel Papasian, pour aborder les arts graphiques en suivant l’ensemble du processus de création d’une affiche, de sa composition à son impression en sérigraphie.

Avec Marga Berra Zubieta, graphiste, vous jouerez avec les couleurs, la typographie, les visuels, pour créer une affiche sur le spectacle de votre choix, que vous l’ayez vu ou non.

Au sein de l’atelier de sérigraphie du Tiers-Lieu Les Riverains, Cristel Papasian vous guide lors de chaque étape d’impression (préparation et insolation des écrans, préparation des encres et technique d’impression…).

En lien avec l’exposition de Vincent Perrottet en cours au Théâtre, vous pourrez aussi imprimer des macules, de joyeux mélanges des différentes compositions de tous les participants. Toute affiche étant faite pour être vue, vous pourrez également monter une exposition de l’ensemble des réalisations et, bien sûr, repartir avec votre propre création.

 

Sur inscription / tarif 150 €

Alex Vizorek est une œuvre d’art

Par Alex Vizorek

On savait depuis Malraux qu’il était « le plus court chemin de l’homme à l’homme ». C’est nouveau, l’art est aussi le plus épatant des raccourcis vers le rire !

Jamais on aura autant ri devant une cymbale. Est-ce parce qu’elle est l’apanage des clowns qu’Alex Vizorek s’en saisit avec autant de verve ? Ou bien serait-ce que leur statut de parent pauvre de l’orchestre en fait l’objet idéal pour entrer dans le grand art par la petite porte ? Zim boum boum… Bienvenue dans un one man show qui dézingue tous azimuts et redonne tout son lustre à l’adage qui veut que l’on ne châtie bien que ce que l’on aime bien. Musique, cinéma, chanson, peinture, littérature… C’est en amateur éclairant que le trublion qui étrille chaque semaine politiques et personnalités des médias sur France Inter (Par Jupiter !) nous guide dans son musée imaginaire, dépoussière les canons et bouscule les poncifs. Schumann et Bergman, Monet et Magritte, Barbara et Duras, Henri Bergson et même… Pamela Anderson ! Quelques figures parmi tant d’autres, égratignées ou croquées avec drôlerie. Jouant d’une belle interaction avec le public, l’humoriste slalome avec aisance entre érudition et autodérision, saillies décapantes et démonstrations par l’absurde. C’est qu’il s’agit de désacraliser l’art qui chez Vizorek, n’est jamais séparé de la vie. Qu’il s’agisse de sport, de médecine, d’histoire, de drague… l’art et la vie ont tout à voir ensemble et d’ailleurs, nous prévient-il, « l’art c’est comme la politique : ce n’est pas parce qu’on y comprend rien qu’on ne peut pas en parler ».

 

Tout d’abord

Par la compagnie Manie

Spectacle pour les tout-petits, Tout d’abord se regarde autour d’un rond qu’on pourrait presque enjamber.

Vincent Regnard, acrobate, danseur et manipulateur, s’y offre une seconde peau : un doux cocon de peluche qu’il habite avec souplesse pour se livrer à toutes les transformations. Organisme primitif, animal marin, à poils ou à plumes, petit homme empêtré qui prendra un jour son envol… Seul en scène, l’artiste fait virevolter les évocations à 360° en jouant de pièces d’étoffe élastiques, colorées, soyeuses, habitées comme autant de mues. Tout d’abord est une douce et onirique traversée entre métamorphoses et métaphores, une histoire pour faire grandir qui transportera tous les regards.

 

J’ai peur des parapluies

Par Le Quatrième Corollaire

Est-ce parce qu’ils nous séparent du ciel que les parapluies peuvent susciter la crainte ? Quatre circassiens-danseurs tournés vers l’envol apprivoisent l’aichmophobie, ce mal étrange dans un poème atmosphérique à la lisière de la nuit. Le cirque contemporain, et après ? Le cirque d’anticipation peut-être… Marc Brillant nous avait hypnotisés à la roue Cyr dans Cabaret Cyrk en février 2017.

Il nous revient au sein du Quatrième corollaire en maître d’œuvre d’un tableau post-apocalyptique digne de l’heroic fantasy. Songe en mouvement, J’ai peur des parapluies se raconte sans paroles mais s’appuie sur la charge émotionnelle du son et de la musique, qui font courir mille histoires potentielles sur le plateau. Composé comme une suite de tableaux saisis entre ombre et lumière, le spectacle décrit les tribulations d’un personnage en proie à d’étranges rencontres : créatures de la nuit primitives, dames blanches, corps arachnéens, figures inquiétantes cherchant à entraver le mouvement… Autant d’apparitions qui s’inscrivent sur une toile de fond translucide peinte en direct, lacérée, mouvante et sujette à toutes les transformations… Objet fétiche de ce spectacle à clefs, le parapluie surgit de loin en loin comme un présage funeste aux mains d’on ne sait quel mauvais génie. Il se manifeste aussi en agrès de cirque XXL étincelant : un immense mât chinois surmonté de baleines suspendu dans l’espace en pleine révolution. Une échappée salutaire vers le bleu du ciel ?

 

Rhapsody

Par Alexis Dubroca

Clef de sol, clef d’Ut, clef de fa ? À choisir, la rhapsodie serait plutôt un genre de clef des champs.

Un havre de liberté où les compositeurs – qui sont souvent avant tout pianistes et improvisateurs – aiment se ressourcer et débrider leur fantaisie. L’une des plus célèbres est la Rhapsody in blue de Gershwin. C’est elle qui a soufflé au pianiste Alexis Dubroca l’idée d’un récital qui serait entièrement consacré au genre. Mais les rhapsodies, avec toute la variété qui les caractérise, ont bien d’autres couleurs à proposer. Musiques savantes pour Beethoven et Brahms, inspirées par le folklore pour Liszt et Niemann… Alexis Dubroca, à l’aise dans tous les répertoires nous accompagne le temps d’une échappée belle dans la découverte de ce geste de création premier.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)

Le théatre

GRATUIT
VOIR