Actualité

Suite au passage au stade 3 de l’épidémie, le Théâtre est fermé à compter du samedi 14 minuit et jusqu’à nouvel ordre.

Pensez à garder vos billets pour des remboursements ultérieurs.

Afin de lutter contre la propagation du Coronavirus, la ville d’Auxerre prend une série de mesures concernant ses équipements et ses services à partir du lundi 16 mars :

– Théâtre : fermeture
– Silex : fermeture
– École des beaux arts : fermeture
– Conservatoire : fermeture
– Micro-folie : fermeture
– Muséum, musée d’arts et d’histoire, Abbaye Saint-Germain : fermeture
– Bibliothèques : fermeture
– Gymnases : fermeture
– Stade nautique : fermeture à compter de dimanche 15 au matin
– Écoles + périscolaire : fermeture
– Crèches : fermeture
– Centres de loisirs : fermeture
– Visite à domicile : arrêtée

– Police municipale : maintenu
– Accueil de jour : Ouvert
– CHRS : Ouvert
– Service action sociale : ouvert
– Espaces d’accueil et d’animation : ouverture uniquement pour l’accueil et l’orientation (sauf équipement des Rosoirs)
– Correspondants de nuit : maintenu sauf mission pharmacie
– Accueil des victimes de violence conjugale : ouvert
– Portage de repas : maintenu

Plus d’infos : https://www.auxerre.fr/Act…/Communiques/Coronavirus-Covid-19

ANNULATIONS

Suite aux dernières annonces, la représentation de Cyrano de ce vendredi 13 mars est annulée.

Le vernissage de Mouv’Art du samedi 14 mars est également annulé. Nous vous tiendrons informés d’autres modifications aussi rapidement que possible.

Scènes d’automne 2019

samedi 21 et dimanche 22 septembre 2019 / Rendez-vous incontournable du théâtre amateur, organisé par Les Amis du Théâtre, les Scènes d’Automne rassemblent huit compagnies de l’Yonne. Elles vous attendent pour deux jours de spectacles gratuits. Retrouvez tout le programme dans le Publics Scènes d’Automne 2019 En savoir plus »

émission en public

émission en public

Mardi 24 septembre à 16h30 / Au Foyer bar / Entrée libre Vous avez loupé la présentation de saison ? Comcomtv, la télé de l’Yonne. vous offre une session de rattrapage. Pierre kechkéguian, directeur du Théâtre, accompagné de Sébastien Valignat, Compagnie Cassandre et Julia Vidit, Compagnie Java Vérité échangent en direct et en public sur ... En savoir plus »

La ronde des sorcières / Annulé

Par les amis du Théâtre

Féministes, les sorcières d’aujourd’hui vendent des grimoires sur Etsy et jettent des sorts à Donald Trump !

Et hier ? Combien de femmes, les siècles d’effroi ont-ils condamnées au bûcher ? Pétronille, Péronne ou Tituba étaient les victimes absolues. Elles connaissaient les plantes et soignaient ? Elles volaient sur un balai ? Épousaient Satan ? Étaient trop belles ?

Entrons dans la ronde des sorcières, celles d’hier, celles d’aujourd’hui, pour raconter leurs maux, avec leurs mots, ceux des poètes, des démonologues ou même les mots d’un pape !

 

Autour du spectacle Belladonna

Belladonna / Annulé

Par la compagnie Pernette

Petits ou grands, nous aimons tous les histoires de sorcières. Avec deux interprètes à ses côtés, la chorégraphe Nathalie Pernette ouvre la scène comme un grimoire et enflamme nos imaginations. Quel plus grand plaisir que de jouer à (se) faire peur ?

Dans l’obscurité du théâtre, les pupilles se dilatent. Curieux hasard, la petite baie noire de la belladonne exerce le même effet ; elle était d’ailleurs utilisée à ce titre par les belles de la Renaissance, d’où son nom… Remède, drogue ou poison, elle résume à elle seule le charme vénéneux de la sorcière, réputée à en maîtriser les secrets. Avec ce spectacle plein de magie, Nathalie Pernette a choisi d’en revisiter le riche imaginaire. Oubliez cependant balais et chapeaux pointus. Ici, ce ne sont que chevelures noires interminables, ongles démesurés formant des  ombres chinoises, gestuelles serpentines ou géométriques… Les sorcières de Nathalie Pernette ont un air d’Asie. Composé comme une suite de tableaux, Belladonna nous entraîne à leur suite dans une chevauchée au long cours, entre frisson et malice. Sur fond de brasier, de fumées vertes explosant sur de grands tulles, les trois interprètes nous dévoilent leurs recettes mystérieuses et se figent lorsque résonne la voix lugubre de l’inquisition… Mais elles voyagent aussi sur des airs de jazz ou de blues, et s’amusent en toute liberté de jeux de balles enfantins, de séquences vidéo humoristiques filmées à la Méliès. Noir mais lumineux, ce spectacle est une ode sensible à la magie, à la création mais aussi aux multiples visages de la féminité…

La bouche pleine de terre / Annulé

Par la compagnie Java Vérité

La bouche pleine de terre appartient au cercle des rares ouvrages que l’on se passe, se recommande, s’offre de proche en proche comme une marque d’amitié, un sésame. Et dont chaque nouveau lecteur se vit comme dépositaire d’un secret à ébruiter.

Julia Vidit a choisi de mettre en scène ce récit de l’auteur serbe Branimir Sćepanović en adoptant un dispositif dual, à l’image d’une forme littéraire très pure. Deux acteurs ; une femme, noire ; un homme, blanc. Et leurs voix pour faire se lever les images de nature, les couleurs et les sensations charriées par cette langue qui semble surgie de temps anciens ; et soupèse dans ses mots les antagonismes tragiques de l’expérience humaine : l’individu et le groupe, le bien et le mal, le désir de vie et la pulsion de mort, la conscience et l’oubli de soi.

Un homme veut mettre fin à ses jours. Il a choisi de disparaître en pleine nature, dans une forêt de son enfance. Sur son chemin, il rencontre deux pêcheurs qui sans savoir pourquoi, commencent à le suivre. Avant de le poursuivre, rejoints par d’autres… Au plateau, ces images de marche et de course sont suggérées par le formidable travail plastique du dessinateur et vidéaste Étienne Guiol qui possède l’art d’imprimer dans l’espace des figures mouvantes et immatérielles, à la lisière du signe et de la figure. D’autres images empruntent à des techniques d’anamorphose pour modifier la perception des corps… Puisant son énergie dans une geste archaïque, le spectacle n’en déploie pas moins ses ramifications dans la technologie, s’appuyant aussi sur la musique et un subtil travail de diffusion sonore des voix. Une expérience de théâtre totale au service d’une profonde et troublante réflexion sur l’humanité.

Atelier de cirque « Boîte à outils »

Avec Joël Colas et Miriam de Sela, Cies A&O et Flying Fish

du lundi 20 au vendredi 24 avril de 14 h à 17 h

 

« Marcher, courir, figer, balancer, bondir, glisser, rouler, caresser, saisir, lancer, attraper, déposer, observer… »

Ce stage propose d’ouvrir une petite boîte à outils de création, afin de donner à découvrir et à développer des vocabulaires de mouvements du corps et de l’objet.

À partir d’exercices simples, individuels et collectifs, il invitera les enfants à explorer et à s’approprier, de façon ludique et précise, l’étendue de leurs capacités gestuelles en relation avec l’espace, leurs camarades et différents objets.

Basé sur des techniques corporelles issues de la danse, du mime et du cirque, il incitera les enfants à apprendre à composer à partir de leur créativité et de leurs propres talents.

L’homme seul

Par la compagnie DDCM - la vie moderne

Hors les murs
La parole empêchée # 3

Pour faire une culbute dans l’abîme, il suffit parfois d’un simple faux pas, d’un accident de la vie… L’homme seul est celui que nous avons tous croisé, assis sur un trottoir, hébété par la rue. Un « sans domicile fixe » aux antipodes des « demeurant partout » du Moyen Âge… Cette expression aujourd’hui oubliée désignait alors les vagabonds qu’il était d’usage d’accueillir dans les granges, les hospices… Pour l’auteur Sébastien Lanz, elle mesure le fossé qui sépare deux mondes. Entre la charité qui pourvoyait aux besoins des pauvres, il y a huit siècles, et la violence de notre modernité triomphante, quels sont en réalité les temps obscurs ? Le projet de L’homme seul a surgi de cette tension ; et pour comprendre au nom de quelle barbarie des femmes et des hommes en sont aujourd’hui réduits à la rue, Sébastien Lanz a interrogé un universitaire sur les mendiants du XIIIe siècle, partagé le quotidien d’exclus, maraudé dans les rues, récolté quantité de témoignages. Son écriture directe, puissamment subjective est confiée à l’acteur Fred Guittet qui incarne cet homme seul contemporain. Réaliste, documentaire dans sa manière de disséquer une trajectoire d’exclusion, elle porte aussi une poésie sans pathos, puisée à la source des rencontres humaines qui ont marqué ce parcours de création.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

*Requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)