Actualité

Appel unitaire à une mobilisation du monde de la culture, jeudi 4 mars à 10h30 sur l’Esplanade François Mitterrand.
La Culture est un bien commun.

L’accueil billetterie est à l’œuvre pour procéder aux remboursements des spectacles annulés. Vous recevrez des messages individuels pour l’ensemble des représentations concernées.

Une permanence téléphonique est assurée les mercredis et jeudis de 14 h à 17 h au 03.86.72.24.24.

Parcours d’éducation artistique et culturelle pour les élèves.

Le Théâtre d’Auxerre est fermé au public, mais il continue de mener des actions en lien avec les équipes pédagogiques et les artistes associés à la saison. Ils travaillent conjointement à la mise en place d’un parcours d’éducation artistique et culturelle pour les élèves. L’éducation artistique et culturel est l’une des missions principales de la ... En savoir plus »

L’avenir s’écrit sur scène

L’avenir s’écrit sur scène

Le Théâtre d’Auxerre est fermé au public, mais ses scènes n’en sont pas moins occupées ! Derrières les portes du théâtre, les compagnies, accompagnées de l’équipe du Théâtre continuent de créer leurs spectacles, dans l’attente de vous les montrer dans un contexte plus favorable. Le soutien à la création est l’une des missions principales de ... En savoir plus »

Scène d’automne 2020 / 5 spectacles les 26 et 27 septembre

Scène d’automne 2020 / 5 spectacles les 26 et 27 septembre

C’est la huitième année que les Amis du Théâtre organisent des rencontres de théâtre amateur. Restrictions dues aux difficultés techniques d’utilisation des salles liées au virus … nous ne pourrons vous offrir que cinq spectacles. Nous sommes très heureux, nous Amis du Théâtre, les cinq compagnies et le Théâtre de vous inviter à ce mini ... En savoir plus »

Faux air !

Par Elisabeth Sazerat

du mardi 27 avril au vendredi 25 juin 

Vernissage

mardi 4 mai à 19 h

 

À l’annonce du prolongement du confinement, Gaby (ma belle-fille) propose que nous reproduisions quotidiennement une scène de peinture (parmi des classiques).

Il s’agit d’une idée dans l’air du temps développée principalement sur les réseaux sociaux notamment aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Russie.

Le challenge qu’elle nous impose consiste à nous présenter l’œuvre qu’elle a sélectionnée en milieu d’après-midi. Parmi les peintres sélectionnés : Le Caravage, El Greco, Léonard de Vinci, Banksy et Picasso…

S’en suit la concertation pour réaliser à la fois le décor, les costumes et le maquillage.

Il va sans dire que nous nous interdisons d’utiliser toute ressource qui ne soit pas propre à notre environnement de confinés.

En moins de trois heures, nous avons sélectionné le tirage photo (recadré) et le partageons sur les réseaux.

Pris à nos propres jeux, aux retours positifs et aux encouragements de nos différents amis et contacts, nous étendons désormais la diffusion au-delà de l’Hexagone.

Allôpéra

Fantaisie lyrique autour du téléphone de Menotti Par les étudiant·e·s de l'ESM en concert

Fidèles au rendez-vous, les étudiant·e·s de l’Ecole Supérieure de Musique nous convient chaque saison à être les témoins de leur créativité en herbe. Eclats de voix et de rire sont au programme de cette nouvelle fantaisie qui fait son miel des difficultés de communication à l’ère numérique. Une seule parade, le spectacle vivant.

Merci d’éteindre vos mobiles ! Lorsque Gian Carlo Menotti composait Le Téléphone en 1947, la consigne ne résonnait pas encore dans les salles des théâtres. Mais l’objet possédait déjà l’art d’ensevelir les échanges authentiques sous l’avalanche du bavardage. L’intrigue de cet opéra-bouffe en un acte ? Ben aime Lucy ; Lucy aime Ben. Rien de plus simple en apparence… Si ce n’est que le téléphone ne cesse de jouer les trouble-fête alors que Ben s’apprête à demander Lucy en mariage. Il faudra que le prétendant parte en voyage pour que Lucy puisse enfin lui prêter une oreille attentive… grâce au téléphone. Autres temps, mais mœurs identiques… Les étudiant·e·s de l’ESM ont pris appui sur cette pièce parodique pour raconter au présent combien la communication à l’ère numérique est parfois difficile. Entre leurs mains, Le Téléphone devient le chapitre d’une fantaisie autobiographique qui raconte la vie d’une petite communauté d’étudiants à la veille d’intégrer la célèbre Julliard School de New-York. Tissée de nombreuses pièces, la trame musicale et dramatique inclut aussi des airs lyriques de Wolfgang Amadeus Mozart, Jeanine Tesori, Ralph Vaughan Williams, Léonard Bernstein, Jacques Offenbach et bien d’autres… Autant de pièces arrangées par  cette formation très atypique, composée d’une soprano, d’un baryton, d’un piano, d’un accordéon et d’une clarinette… au terme d’un beau travail d’écoute mutuelle !

Notre Faille

Par Petite Foule Production

Ding ! Il est le discret compagnon de notre quotidien. Mais si le four micro-ondes réchauffe nos petits plats, qui pour réchauffer nos existences solitaires ? En une série de micro-fictions servies sur un plateau, une équipe délicieusement givrée brocarde notre folle époque au prisme de notre relation… au temps de cuisson.

Cinq comédiens et comédiennes multi-tâches, cinq fours micro-ondes… Parés à basculer ? Notre Faille a beau être un OVNI spectaculaire, c’est vers le quotidien le plus trivial qu’il aimante nos regards. Un quotidien où un ustensile des plus familiers tombe le masque et se révèle enfin pour ce qu’il est : le plus effrayant des tyrans domestiques. Metteure en scène, Marine Colard a embarqué une fine équipe dans cette drôle d’aventure théâtrale, chorégraphique et burlesque. Avec une recette audacieuse : passer notre époque au crible d’une série de spectacles-minute calqués sur la durée d’un cycle de cuisson. Passé en revue au son du micro-ondes, le film de nos vies a tout d’un trip halluciné et néanmoins savoureux. Addiction au temps court, narcissisme 2.0… La scène se transforme allègrement, entre émission de télé-achat, audition de GRS, séquence solitude devant une boîte de mini-saucisses à réchauffer… jusqu’à ce que le tout s’emballe dans un ballet chaotique et paroxystique… Avant la chute ? A sa façon déjantée, Notre Faille tire la sonnette d’alarme face à l’avènement d’un effondrement… qui pourrait être assez chaud. Ding !

La guerre de Troie (en moins de deux !)

Par la compagnie Théâtre du Mantois

Raconter la guerre de Troie en une heure et demie ? A chœur vaillant rien d’impossible. En vingt-quatre scènes menées tambour battant, sept comédiens et un musicien passent le mythe au crible d’un humour ravageur, épique et poétique. Réviser ses classiques n’aura jamais été une telle partie de plaisir !

De la pomme de la discorde au choix de Pâris, de la colère d’Achille aux ruses d’Ulysse, de l’enlèvement d’Hélène au sacrifice d’Iphigénie… Ouvrir le récit de la guerre de Troie, c’est s’immerger dans une folle cavalcade de personnages, de déesses et de dieux, de demi-dieux et d’humains… Presque aussi foisonnante que celle des auteurs qui se sont passé le relais du mythe, de Homère à Offenbach en passant par Sophocle, Euripide, Virgile… Vous avez dit vertige ? C’est le mot, mais ici, il s’agit surtout de chavirer de plaisir. Et de se laisser prendre par la main. La recette de ce banquet théâtral est simple et tient en un tour de force : raconter le mythe en moins de deux, avec trois fois rien et de manière parfaitement limpide. Quelques accessoires, une table format olympique, de l’invention à revendre et des comédiens en pleine jubilation. De grands enfants ceux-là : on jurerait qu’ils découvrent l’histoire à mesure qu’ils nous la racontent. On joue, on chante… et chacun·e se fait le narrateur de son action dans la pure tradition du théâtre grec. Avec autant de grâce que d’irrévérence et surtout beaucoup de justesse, la compagnie du Théâtre du Mantois rend hommage à un mythe qui aura rarement semblé aussi proche. Et ce faisant, nous embarque vers une époque où le théâtre était rien moins que le sel de la vie.

Les étudiant·e·s de l’ESM en concert #1

Chaque saison, le Théâtre accueille une nouvelle « promotion » d’étudiant·e·s de l’Ecole Supérieure de Musique pour une aventure artistique au long cours. Celle-ci est jalonnée d’actions de médiation, d’échanges avec l’équipe… et de moments de concerts proposés dans le cadre des Midis au Théâtre. Règle du jeu : les musiciens ont carte blanche et la formation qui se présente à vos oreilles n’est dévoilée qu’au dernier moment. Une seule certitude, le programme s’annonce plein de fantaisie, de découvertes et de fraîcheur. Les douze coups de midi sonnent, il est l’heure de tendre l’oreille…

 

Ce spectacle, initialement programmé le mardi 17 novembre 2020, à été reporté suite à l’épidémie de Covid-19

fermer

la question de la réouverture des salles de spectacle n’étant pas encore à l’ordre du jour.
Nous sommes à nouveau contraints d’annuler les spectacles programmés jusqu’au 26 avril.

X

Inscription à la newsletter

Merci de renseigner le formulaire

S'inscrire à la newsletter

* requis
X

Les informations qui vous concernent sont destinées au Théâtre d’Auxerre.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (loi “Informatiques et Libertés” du 6 janvier 1978)